Marches des fiertés: tour d’horizon (Partie 1)

Par  |  Aucun commentaire

Gay Pride New York Saint Petersburg

Bonheur immense à New York

Gay Pride new york Andrew Cuomo

Quelques heures à peine après la légalisation du mariage gai par le Sénat de l’État de New York, la marche a forcément pris des allures de fête immense, ce 26 juin, dans la ville américaine. Près de 6.000 manifestants et deux millions de spectateurs sont, selon les organisateurs, descendus sur Christopher Street, histoire de célébrer une avancée considérable pour les droits des GLBT aux États-Unis.

Si le maire de la ville, Michael Bloomberg était de la partie, la vraie star de l’événement était bien évidemment le gouverneur Andrew Cuomo. Acclamé par la foule, celui qui aura jusqu’au bout milité pour l’adoption de la loi a, dans un discours, réclamé l’adoption du mariage gai dans tout le pays. «New York a envoyé un message fort et clair à cette nation. Le temps de l’égalité concernant le mariage est venu », a déclaré le membre du Parti démocrate.

Ci-dessous un reportage de l’AFP:

Crédit photo: MichaelTapp.

Violences à Saint-Pétersbourg

Saint-Pétersbourg Gay pride

À des milliers de kilomètres de la Grosse Pomme, l’ambiance était tout autre. Selon GayRussia, une vingtaine de personnes ont tenté de défendre leurs droits à Saint-Pétersbourg, en organisant, le 25 juin, une marche des fiertés très périlleuse. Des pancartes «Non à l ‘homophobie », « Égalité des droits » ont été brandies… quelques minutes, avant qu’une douzaine d’homophobes et la police interviennent.

Seul un agresseur a été interpellé (puis libéré). Toutes les personnes ayant des affiches (une dizaine) ont, en revanche, été arrêtées, ont passé la nuit au poste de police, puis ont été présentées le lendemain devant la justice. Ces militants ont été condamnés à payer une amende pour avoir organisé une manifestation interdite. Ils sont aussi convoqués mi-juillet pour avoir désobéi à la police. Des peines de prison pourraient être prononcées à leur encontre.


Грани-ТВ: Петербург: нападение на гей-прайд

Crédits photos: GayRussia.

Le sport au cœur des revendications à Berlin

Gay Pride Berlin

« Montrer un carton rouge à l’homophobie ». Le slogan de la marche des fiertés berlinoise visait à mettre à mal la discrimination dans le monde du sport professionnel. Alors que l’Allemagne accueille en ce moment la coupe du monde de soccer féminin, les militants ont voulu faire passer un message fort.

Dans ce sport, comme dans les autres en général, « sortir du garde-robe reste une exception », a expliqué un organisateur de la marche. La manifestation du Christopher Street Day s’est finie par une fête, en soirée, avec notamment la participation du maire gai Kalus Wowereit.

À noter qu’un rassemblement a eu lieu, le même jour, devant l’ambassade de Russie. Des militants ont voulu soutenir les GLBT russes molestés par la police au moment où les Allemands étaient, eux, libres de manifester. Le député allemand Volker Beck a qualifié les militants russes de « héros dont nous pouvons être fiers. Les actions de la police sont absolument inacceptables ». Il réclame une réaction du gouvernement allemand.

Crédits photo: Elmada.

Messages politiques à Paris

Gay Pride Paris

La marche des fiertés de la capitale française a d’abord donné lieu à une guerre des chiffres. Selon la police, ils étaient 36.000 à manifester dans les rues parisiennes. Les organisateurs parlent, pour leur part, de… 500.000 personnes. Un dernier chiffre bien plus proche de la réalité, selon le site du magazine gai français Têtu.

L’événement a en tout cas, comme prévu, été très politique. Le slogan « Je marche en 2011, je vote en 2012 » a visiblement parlé à certains candidats à l’élection présidentielle, présents en tête de cortège. Aucun ponte du parti conservateur de Nicolas Sarkozy n’avait en revanche fait le déplacement.

Quelques semaines après le refus de légaliser le mariage gai par l’Assemblée nationale, les manifestants ont su faire part de leur mécontentement mais aussi de leurs espoirs. La chanson New York New York a ainsi été reprise en chœur par la foule. L’événement s’est terminé par un kiss-in géant, place de la Bastille.

Crédits photo: Alain Bachellier.