Marguerite Yourcenar ouvre en beauté le FIFA 2011

Par  |  Aucun commentaire

Fifa 2011 ouverture Marguerite Yourcenar

Avec Sur les traces de Margerite Yourcenar, Mallet, nous entraîne dans les multiples voyages, ceux du monde et ceux des livres, de la première femme à avoir été nommée à l’Académie française.

Marguerite de Crayencour est née le 8 juin 1903 à Bruxelles de mère belge et de père français. Elle a évolué dans un environnement plutôt bohème aux côtés de son père, un grand voyageur lié à l’aristocratie. À l’approche de l’âge adulte, il lui demande de publier un livre sous son nom. Elle décide alors de prendre un pseudonyme, refusant la responsabilité de faire éditer une œuvre qu’elle n’a pas écrite. Elle choisit Yourcenar. Elle le gardera toute sa vie.

Infinie bonté

L’auteure lesbienne est initiée au voyage très jeune et visite l’Europe, accompagnant monsieur de Crayencour et partageant avec lui une forte complicité. Ensemble, ils lisent. Selon l’écrivaine, il était très habile, meilleur qu’elle pour la lecture à vue, donnant aux phrases de l’expression et de la clarté.

Cet anticonformiste meurt en 1929. Marguerite profitera du maigre héritage pour se déplacer entre Paris, Athènes et Constantinople. Dix années à parcourir le monde, des années que Yourcenar chérira longtemps. En 1937, elle rencontre Grace Frick et part deux ans plus tard la rejoindre aux États-Unis, fuyant du même coup l’instabilité politique de L’Europe. Elles s’installent à partir de 1950 sur le Mont Desert dans le Maine, qu’elles avaient découvert ensemble en 1942, et nomment leur maison Petite-Plaisance. Yourcenar y passe le reste de sa vie.

À travers des extraits de roman, d’entrevue, à travers la voix de ses amis et de gens l’ayant côtoyé – Robert Lalonde et Françoise Faucher notamment – Marilu Mallet nous fait voyager dans l’univers singulier de Yourcenar, cette femme passionnée de voyages, engagée dans de multiples causes et prônant la liberté. Cet être dont l’entourage garde en mémoire le talent assurément, mais surtout, ce regard, empreint d’une infinie bonté.

Présenté aux invités le 17 mars à 20h, Sur les traces de Marguerite Yourcernar est diffusé au public le 18h30 à la Grande bibliothèque de Montréal.