Le nouveau maire de Moscou ne veut pas de marche des fiertés

Par  |  Aucun commentaire

Marche fiertés Moscou

Un homophobe chasse l’autre. Après le départ de leur ennemi juré Iouri Loujkov, les GLBT russes estimaient que la possibilité de voir organisée une marche des fiertés à Moscou s’avèrerait plus aisée. C’était sans compter sur le fait que Sergueï Sobianine était tout aussi intolérant sur la question.
Ses déclarations è la radio Écho de Moscou sont on ne peut plus «Moscou n’a pas besoin de ça et je ne soutiens pas [les manifestations GLBT]», a expliqué le nouveau patron de la capitale russie. «Je ne parle pas de la Constitution ou du Droit russe. Je dis ce que j’en pense». Et lorsque son interlocuteur lui demande «Y aura-il des parades homosexuelles à Moscou ou non?», il a répondu: «J’en doute».

Violences et interdictions depuis 2006

La question d’une marche des fiertés dans la capitale a toujours fait l’objet de polémiques. Bien qu’interdite en 2006 par les autorités, les organisateurs avait maintenu la première manifestation qui s’était finie par de violents heurts avec des extrémistes. Les mêmes problèmes s’étaient retrouvés les années suivantes. Le maire de l’époque, Iouri Loujkov, avait interdit cet événement estimant l’homosexualité «contre-nature» ou carrément «satanique».
Ces interdictions avaient été condamnées le 21 octobre 2010 par la Cour européenne des droits de l’Homme dans un jugement perçu comme historique par les organisateurs GLBT.
Crédits photo: dumplife (Mihai Romanciuc)