ONU : l’orientation sexuelle réintroduite

Par  |  Aucun commentaire

onu

L’amendement des États-Unis a été adopté par l’Assemblée générale le 21 décembre, 93 États votant en faveur, 55 contre, 27 préférant s’abstenir. La résolution amendée a été adoptée par 122 États membres, aucun contre et 59 abstentions, les opposants à l’amendement s’abstenant massivement lors du vote final.
Les 55 opposants appartenaient en grande majorité aux États membres de l’Organisation de la conférence islamique. Dans ces pays, l’homosexualité est le plus souvent criminalisée et une dizaine de pays membres dont l’Arabie saoudite et l’Iran, appliquent même la peine de mort.

L’amendement a montré le vrai visage de certains

Cette référence à l’orientation sexuelle était incluse dans la résolution biennale depuis 1999. Le mois dernier, suite à un amendement présenté par le Bénin au nom des pays africains à une réunion du troisième comité qui traite des questions relatives aux droits humains, le texte avait été dilué et remplacé par une formulation plus vague faisant référence aux «motifs discriminatoires de tout type».
Les défenseurs de cette formulation prétendaient qu’elle renforçait la résolution, mais le chat est sorti du sac lors du débat sur l’amendement, les opposants arguant que l’orientation sexuelle ne faisait pas partie des motifs interdits de discrimination dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et estimant qu’on cherchait à donner une protection spéciale et créer de nouveaux droits pour les LGBT.
Le représentant du Zimbabwe a même repris les propos du dictateur Robert Mugabé en associant l’homosexualité à la bestialité et à la pédophilie.