Comment faire l’amour avec un Nègre… 25 ans après

Par  |  Aucun commentaire
Dany LaferrièreC’est avec ce court roman (quelque 160 pages) que Dany Laferrière a réveillé le monde de la littérature en 1985. Un coup de maître qui s’est confirmé par la suite avec ses œuvres successives. En 2009, il a reçu le prix Médicis pour L’Énigme du retour, roman où il évoquait ses souvenirs en Haïti, île où il est né et qu’il a quittée en 1976, à 23 ans, menacé par la dictature de Jean-Claude Duvalier.
Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer nous plonge au cœur de Montréal – rue Saint-Denis plus précisément. Deux jeunes Noirs y vivent misérablement. L’un passe ses journées à dormir et à méditer sur le Coran. L’autre tente d’écrire un roman.

Un roman drôle…

Qu’est-ce qui nous frappe encore dans ce livre, 25 ans après sa parution ? D’abord le style. Des phrases courtes et percutantes. Des dialogues bien ciselés et qui frappent juste. Dany Laferrière a été comparé Bukowki ou à Miller. Ce n’est pas pour rien.
Cette parenté garde tout son sens pour ce qui concerne le fond de l’histoire. Il y a d’abord le racisme, parfaitement décrit, sans misérabilisme ou un côté donneur de leçons : il y apparaît bien implanté dans les rues montréalaises. À l’image du personnage principal à qui on demande de quel pays d’Afrique il vient : en tant que noir, il doit venir d’Afrique. Il ne peut pas être né au Québec.
Mais il ne faut pas voir le roman de Dany Laferrière comme un livre lourd. L’humour est présent partout et distillé de manière fine: de la fille qui dit non au jeune noir parce qu’elle croit qu’il mange des chats au voisin du dessus perçu comme la réincarnation de Belzébuth pour le bruit que provoquent ses activités sexuelles, en passant par les rêves du narrateur avec Carole Laure.

… mais une tristesse réelle

Reste qu’il y a là aussi un vrai désespoir. Celui causé par cette impression que la situation est immuable. Que Blancs et Noirs seraient à jamais deux «catégories» sans interaction possible… hormis le sexe. La passion du narrateur pour les jeunes filles de bonne famille blanche semblent même ici une manière de se venger du racisme.
Pour le reste, sa vie ne change pas. La stagnation et le silence sont montrés ici en exemple : le sage est personnifié par le colocataire qui passe son temps à dormir et à méditer. Seule la littérature et la musique, bref la culture, apparaissent comme une solution possible pour se sortir de la médiocrité de leur vie.
Au final, 25 ans après sa première publication, Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer, n’a pas donc pris une ride. Le roman conserve toute sa force sociale et littéraire. A lire ou à relire.
«Le pire c’est qu’elle est réellement peinée. La lecture est sacrée pour elle. En plus, un Nègre qui lit, c’est le triomphe de la civilisation judéo-chrétienne! La preuve que les sanglantes croisades ont eu, finalement, un sens. C’est vrai, l’Occident a pillé l’Afrique mais ce NÈGRE EST EN TRAIN DE LIRE.» (Page 76)

Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer

Dany Laferrière

Typo – Septembre 2010

176 Pages