Out of The Game : Rufus Wainwright se met à la pop veloutée

Par  |  Aucun commentaire

Out of The Game Rufus Waingwright critique musique

L’orchestration atteint les sommets architecturaux propres au chanteur  (Welcome to the Ball, Sometimes We Need). La voix, véritable instrument en soi, y claironne sur plusieurs registres, notamment sur Song of You, écrite à l’intention de son fiancé.

Out of The Game trempe dans les sonorités slow-rock des années 70, prenant tantôt une saveur plus gospel avec Jericho, tantôt plus country avec Respectable Dive, presque disco avec Bitter Tears. Pour le reste, Rufus Wainwright opte pour un heureux mélange d’influences grâce au soul-funk des New-Yorkais The Dap-Kings, aux guitares de Sean Lennon, de Nick Zinner (Yeah Yeah Yeahs) et de Nels Cline (Wilco) et comme toujours, à la voix de sa sœur, Martha Wainwright. Bref, c’est tout un bouquet d’arômes qui se dégage de cet opus bien parfumé.

Si l’album n’est pas de la pop à proprement parler, il y a certainement quelque chose de plus velouté sur celui-ci, de moins tenaillé peut-être. Les compositions « à la Rufus », soit à fortes charges émotives, n’ont pas pour autant disparu. La très touchante Montauk, par exemple, laissera difficilement indifférent : Rufus y a canalisé, poétiquement, ses angoisses de père qu’il chante sur une cascade d’arpèges pianotés, à sa fille, Viva.

Crédit photo : Document remis (Universal)