Sainte-Marie–Saint-Jacques : quels candidats pour les élections ?

Par  |  1 commentaire

Élections Sainte-Marie-Saint-Jacques Manon Massé Denis Monière

Sainte-Marie–Saint-Jacques prend l’apparence d’un château fort péquiste. Le parti a remporté toutes les élections dans cette circonscription depuis sa création en 1989, avec la victoire de André Boulerice. Ce dernier allait ensuite gagner les élections de 1994, 1998 et de 2003. Le député actuel de Sainte-Marie–Saint-Jacques, Martin Lemay, qui a décidé de ne pas se présenter au prochain scrutin, a remporté les élections de 2006 et de 2007.

Lors du prochain scrutin, le Parti québécois sera représenté par un militant environnementaliste, Daniel Breton. Peu connu dans le comté et le milieu gai, l’ancien directeur de l’association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique a également co-fondé le parti Vert.

Manon Massé retente sa chance

Pour la première fois dans l’histoire de la circonscription, les électeurs favorables à la souveraineté du Québec auront le choix entre trois candidats prônant cette option. Ainsi le Parti québécois devra batailler avec des candidatures d’Option nationale et de Québec solidaire.

Option nationale, nouveau parti souverainiste fondé par le député de Nicolet Jean-Martin Aussant,a recruté un candidat vedette pour le représenter dans Sainte-Marie–Saint-Jacques. Le politicologue et écrivain Denis Monière, militant souverainiste de la première heure, a l’habitude des nouveaux partis politiques.  Il a fondé en 1983 le défunt Parti nationaliste qui avait présenté 75 candidats aux élections fédérales de 1984, sans en faire élire un seul. En 1985, il avait aussi fondé le Parti indépendantiste, sans plus de succès. Monsieur Monière occupe actuellement un poste de titulaire au département de sciences politiques à l’Université de Montréal.

Du côté de Québec Solidaire, Manon Massé, très connue dans le milieu gai et membre fondatrice du parti, a été choisi candidate.  Il s’agit de sa quatrième tentative pour devenir députée à l’Assemblée nationale. À noter que les trois candidats qui représenteront les partis souverainistes dans Sainte-Marie–Saint-Jacques aux prochaines élections générales ont été désignés d’office par leur association de comté, sans passer par un processus d’assemblée d’investiture

Pendant ce temps au PLQ et à la CAQ

Le parti actuellement au pouvoir ne sait pas encore qui va le représenter dans Sainte-Marie–Saint-Jacques lors des prochaines élections générales. Le PLQ n’a même pas fixé de date pour une éventuelle assemblée d’investiture. Interrogé par Être, Jean-Pierre Paquin, coordonnateur pour le choix des candidats au Parti libéral du Québec s’est fait vague sur la question :  « Nous avons deux ou trois personnes qui ont démontré de l’Intérêt mais aucun n’a encore décidé de se lancer dans la course ». Quant à savoir si le candidat du PLQ aurait plus de chances de l’emporter s’il était homosexuel, monsieur Paquin a déclaré que son parti choisirait son « candidat en fonction de sa compétence et non pas en fonction de son orientation sexuelle ».

Enfin, la Coalition avenir Québec n’a pas encore non plus de candidat Seule certitude pour l’instant : il y en aura assurément un…  L’annonce du nom du candidat devrait intervenir d’ici une trentaine de jours, selon Jean-François Del Torchio, porte-parole de la CAQ. Le premier ministre Jean Charest dispose d’un an pour déclencher les prochaines élections générales.

Crédit photo : CurbsnBenches.

1 Comment

  1. Mylène

    2012-04-19 at 8h53

    *Erratum*, le nom du député de Nicolet-Yamaska et chef d’Option nationale est Jean-Martin Aussant et non Jean-Pierre Aussant.