GLBT et artistes mobilisés contre la hausse des frais de scolarité

Par  |  1 commentaire

22 Mars : GLBT et artistes mobilisés contre la hausse des frais de scolarité

Alors que le gouvernement Charest, par la voix de son ministre des Finances, Raymond Bachand, a confirmé la hausse de 1.625 $ sur cinq ans des droits de scolarité, le mouvement de contestation se poursuit. À ce jour, la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) recense sur son site Internet que près de 240.000 étudiants des cégeps et des universités ont voté la grève, dont un peu moins de 200.000 avec un mandat illimité. La CLASSE attend 50 à 100.000 manifestants lors de cet événement.

Engagée dans ce débat, la rédaction des magazines ÊtreEntre EllesRG et 2B fermera ses portes afin de prendre part au cortège, auquel participeront d’autres représentants de la communauté GLBT, dont les étudiants du P!NK BLOC.

Le porte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois, rappelait dans une récente entrevue accordée à RG que les femmes sont les premières touchées par la hausse, étant donné que leur salaire est « encore moins de 70 % de celui des hommes ». Les jeunes GLBT, lorsque leurs relations sont tendues avec leurs parents, ne peuvent pas compter sur leur soutien et se retrouvent potentiellement très affectés par toute hausse. Par ailleurs, Gabriel Nadeau-Dubois estimait que cette hausse allait nuire à la vocation sociale et critique de l’université, notamment lorsqu’il s’agit d’étudier les inégalités de sexe et de genre.

« Ce printemps, ensemble, bloquons la hausse »

Des centres d’artistes et des lieux de diffusion artistique baisseront également leur rideau et prendront part à la manifestation, en solidarité avec la lutte étudiante. Sur la page Facebook annonçant leur engagement , ils se disent concernés par « la logique du tout marchand qui sous-tend les transformations du monde universitaire, dont la hausse des frais de scolarité fait partie […] Comme pour le milieu universitaire, le secteur des arts et de la culture se voit de plus en plus forcé de dépendre d’intérêts privés et de se conformer à un modèle entrepreneurial. »

Par ailleurs, la CLASSE a partagé en ligne sur YouTube une vidéo, nommée « Ce printemps, ensemble, bloquons la hausse » où étudiants, artistes et personnalités québécoises expriment leur soutien à la cause étudiante. Une vidéo qui n’aura rien coûté, alors que dans le même temps, le gouvernement Charest aura dépensé 200.000 $ pour une campagne audiovisuelle de promotion du nouveau régime de prêts et de bourse.

Crédit photo : La_Tru.

1 Comment