Aires libres « victime d’un jeu entre les policiers et l’arrondissement » ?

Par  |  1 commentaire

Aires libres Village Denis Brossard Piétonnisation

Être. Lors du conseil d’arrondissement, vous remettiez en cause l’argument de la sécurité qui justifierait une exclusion de la partie Berri-Amherst de la zone piétonne…

Je demandais qu’on me prouve qu’au moment de la piétonisation, il y a plus de problémes qu’en temps normal. Jamais on n’a pu nous le démontrer, chiffres à l’appui. Il y a eu une campagne des policiers, appuyée par la SDC, pour encourager les gens victimes d’agression à se plaindre. Aujourd’hui, on se fait dire « il y a beaucoup de victimes d’agressions donc on va pénaliser ». C’est complètement absurde. Mais on soupçonne un autre problème, lié à la réclamation, par la police, de budgets supplémentaires [pour assurer son service] lors de la piétonisation. J’ai l’impression que c’est là que ça bloque. On serait victime de ce jeu-là entre les policiers et l’arrondissement.

Être. Avez-vous déjà eu, comme vous le craigniez, des désistements de la part de vos commanditaires ?

D.B. Si le conseil d’arrondissement confirme ses orientations, l’un d’eux nous a dit qu’il n’aurait plus d’intérêt à présenter. C’est beaucoup d’argent qui est en jeu et pour nous c’est fondamental. Si on perd nos deux présentateurs, il n’y a plus d’événements Aires Libres. C’est terminé. Il faut aussi comprendre que chaque commerçant avec une terrasse paie une cotisation extra pour avoir un droit d’être sur la rue. Comme propriétaire [du Cabaret Mado], je m’attends aussi à ne pas être déficitaire quand je participe à un événement.

Être. Cet aléa doit bouleverser votre agenda ?

D.B. On est entre l’arbre et l’écorce. On devrait être en train de travailler à la préproduction de l’événement et là, on gère la possibilité qu’il n’y en ait pas. On veut faire comprendre à l’arrondissement qu’on ne peut pas attendre un mois. Quand l’arrondissement nous dit qu’entre Berri et Saint-Hubert il y a une moins grande animation, je me serais attendu à une claque dans le dos plutôt que dans la face. On aurait pu s’asseoir avec eux et leur dire « débloquez un budget spécial, on va trouver des artistes qui vont occuper cette section-là». Au lieu d’une dynamique de confrontation, on serait dans une dynamique de travail. Le maire Tremblay nous dit qu’une rencontre est prévue avec le directeur de l’arrondissement Alain Dufort. J’aimerais beaucoup savoir quand car il n’y a pas de réunion pour le moment. Tout ce qu’on espère, c’est que l’arrondissement va nous faire un signe et nous dire que tout va bien.

Crédit photo : art_inthecity.

1 Comment