Transports aériens – Droits des trans : le CQGL ira jusqu’au bout

Par  |  Aucun commentaire

Transports aériens Transgenres Transexuels CQGL

« Nous n’hésiterons pas à transposer le débat sur le front juridique pour défendre les transsexuels et les transgenres et faire invalider les dispositions des nouveaux règlements qui interdisent aux compagnies aériennes de transporter un passager qui ne semble pas être du sexe indiqué sur la pièce d’identité qu’il présente », assure la directrice des communications du Conseil québécois des gais et lesbiennes, Julie-Maude Beauchesne, jointe au téléphone par Être.

Tout dépendra donc des conclusions de l’avis juridique. « Si les avocats recommandent une contestation devant la Commission canadienne des droits de la personne, nous irons aussitôt de l’avant pour demander à un juge de se prononcer sur la légalité de ces nouvelles mesures, c’est certain », affirme-t-elle.

Les conservateurs ont adopté ces nouveaux règlements le 29 juillet dernier, invoquant des motifs de sécurité sans tenir compte de la situation des transsexuels et des transgenres qui seraient obligés de se munir d’un certificat médical pour éviter tout imbroglio : « C’est inadmissible. Les transgenres et les transsexuels ne devraient pas être traités différemment des autres citoyens », rappelle Mme Beauchesne.

Cette dernière n’apprécie pas non plus la tournure des événements, jugeant « déplorable de voir les politiciens faire de cette question, un enjeu partisan ». Le CQGL a fait part de ses objections au ministre des Transports, Denis Lebel, dans une lettre datée du 29 janvier dernier. « Non seulement le ministre ne nous a pas répondu mais nous n’avons même pas reçu d’accusé de réception de la lettre que nous lui avons envoyée ». La directrice des communications du CQGL parle d’une attitude « méprisante et irrespectueuse ».

Aucun problème répertorié

Une nouvelle lettre a été expédiée la semaine dernière et réclame de façon officielle une rencontre avec le ministre. « Nous voulons lui exprimer de vive voix les craintes exprimées par les transsexuels et transgenres. Les conservateurs n’ont fait preuve d’aucune forme de sensibilité à cet égard jusqu’à présent ». soutient Madame Beauchesne.

Il y aurait environ 6.000 transsexuels et transgenres au Québec et approximativement 25.000 au Canada. Jusqu’à présent, aucun d’entre eux n’aurait été gêné aux quais d’embarquement des compagnies aériennes dans les différents aéroports canadiens depuis l’entrée en vigueur des nouveaux règlements en juillet 2011 selon les informations recueillies à la fois par le Conseil québécois des gais et lesbiennes et celles compilées par le ministère fédéral des transports.

C’est le personnel d’embarquement de chaque compagnie aérienne qui a la responsabilité d’appliquer les nouvelles règles sous peine d’amendes sévères le cas contraire : 5.000$ pour un voyageur qui n’aurait pas fait la preuve de son identité et 25.000$ pour la compagnie aérienne qui l’aurait laisser monter à bord d’un de ses avions.

Crédit photo : abdallah