Arizona : un shérif conservateur obligé de sortir du placard

Par  |  Aucun commentaire

paul babeu sheriff gay Arizona

Familier des plateaux de la chaîne Fox News où il intervenait sur la question de l’immigration illégale aux États-Unis, cet ancien militaire au crâne poli et aux muscles saillants était considéré comme un « dur » sur le sujet. Il était notamment apparu en 2010 aux côtés du sénateur conservateur et ancien candidat à la Maison Blanche John McCain pour défendre le projet de la clôture dressée tout au long de la frontière américano-mexicaine pour empêcher le passage des immigrants.

Mais l’hebdomadaire local Phoenix New Times a fait état jeudi dernier des allégations d’un immigré mexicain, nommé José (son vrai nom n’a pas été dévoilé), accusant Paul Babeu de l’avoir menacé d’expulsion s’il évoquait publiquement leur relation. José a également diffusé aux médias des photos du shérif en sous-vêtements issues de son profil sur un site gai de rencontre, ou l’une où ils posent tous deux. « Toutes ces accusations […] sont absolument, complètement fausses. Sauf la partie qui concerne mon orientation sexuelle. Parce que c’est la vérité. Je suis gai », a déclaré Paul Babeu lors d’une conférence de presse organisée devant ses bureaux.

Embarras chez les conservateurs

Les révélations de José ont déjà obligé le shérif à démissionner du poste de coprésident de la campagne présidentielle de Mitt Romney en Arizona, où la primaire républicaine se tiendra le 28 février, en même temps qu’au Michigan. Il n’a toutefois pas envisagé de renoncer à se présenter à la Chambre des représentants lors des élections de novembre, appelant les futurs votants lors de cette même conférence à considérer ses états de service : « Je veux être jugé pour mon service – 20 ans dans l’armée, deux déploiements, dont un en Irak – un officiel de police qui a répondu à des milliers d’appels à l’aide et un shérif qui a réduit les temps de réponse tout en réduisant mon propre budget ».

Mais la révélation de son homosexualité et de sa relation avec un ancien immigré pourrait tourner en sa défaveur auprès de l’électorat républicain. Même si Paul Babeu n’est pas une personnalité de premier plan, cette affaire pourrait également causer de l’embarras pour Mitt Romney, qui cherche lui aussi à s’attirer les votes des franges les plus conservatrices.

Crédit photo : Greg Skidmore.