Equateur : une ministre lesbienne pour fermer les cliniques de « guérison »

Par  |  Aucun commentaire

Carina Vance Mafla cliniques lesbiennes Équateur

Des années de lutte ont été finalement nécessaires pour que « le gouvernement équatorien [s’engage] à  déconstruire la croyance cela laquelle l’homosexualité est une maladie », a indiqué en début de semaine dans un communiqué une représentante de la Fundation Causana, Karen Barba.

La médiatisation de l’existence de ces cliniques, visant officiellement à la désintoxication, mais où en réalité des lesbiennes, envoyées par leurs familles pour être « guéries » de leur homosexualité, subissaient des tortures physiques et psychologiques, avait suscité une vague d’émotion. Deux pétitions en ligne exigeant la fermeture de ces établissements ont recueilli quelque 170.000 signatures.

Une alliée contre les discriminations et le VIH/Sida

La semaine dernière, l’ancienne directrice exécutive de la Fundacion Causana, Carina Vance Mafla, a été nommée ministre de la Santé par le président équatorien Rafael Correa. Son principal mandat sera la réforme du système de santé.

La Fundación Causana a annoncé qu’elle travaillera avec le gouvernement pour éradiquer les cliniques de « guérison » et mettre en place des campagnes de lutte contre l’homophobie. Déjà, trois des cliniques situées dans la région de Quito, la capitale, ont été investies par les autorités du pays et des douzaines de femmes ont pu être sauvées.

Les organisations GLBT comptent également sur leur alliée bien placée pour mettre fin à la discrimination envers les GLBT dans le système de santé et une amélioration de la politique de distribution des traitements contre le VIH.

Crédits photo : gouvernement de l’Équateur / Ministère de la Santé.