États-Unis : l’homophobe Newt Gingrich victorieux en Caroline du Sud

Par  |  Aucun commentaire

Newt gingrich USA gay États-Unis

On le disait presque fini dans la course à l’investiture. Pourtant, Newt Gingrich a remporté les primaires en Caroline du Sud avec 40,4 % des voix contre 27,8 % pour le favori Mitt Romney et 17% pour l’ultraconservateur Rick Santorum. Pour la première fois en 30 ans dans les primaires républicaines, trois prétendants différents ont remporté les trois premiers scrutins (Rick Santorum a gagné en Iowa, Mitt Romney dans le New Hampshire), confirmant ainsi la division du parti républicain.

Tartuffe contre le « fascisme homosexuel »

Comme d’autres candidats républicains, Newt Gingrich s’est vanté de porter « les valeurs les plus profondes du peuple américain ». Une proclamation qui ne manque néanmoins pas de sel chez celui qui fut trois fois marié et entretenait une relation extraconjugale avec une membre de son équipe  au moment même où il menait campagne en faveur de l’empêchement de Bill Clinton durant l’affaire Monica Lewinski. Une tartufferie que n’avait pas manqué de signaler le représentant démocrate ouvertement gai Barney Franck, déclarant de Gingrich qu’il était « un opposant idéal pour nous lorsque nous parlons de qui menace la sacralité du mariage ».

Habitué des propos outranciers, Newt Gingrich a évoqué l’existence d’un « fascisme homosexuel et athée dans ce pays qui veut imposer sa volonté sur nous, et est prêt à recourir à la violence, au harcèlement. » À un professeur gai, il a conseillé de voter Obama si celui-ci estimait que l’égalité devant le mariage comptait plus pour lui que les emplois.

 

Une réponse qui a le mérite de montrer aux gais américains qu’ils ne doivent pas compter sur Newt Gingrich pour faire avancer leurs droits. Ce n’est pas la propre demi-sœur de Newt, Candace Gingrich-Jones, importante figure lesbienne aux États-Unis, qui milite par ailleurs pour la réélection de Barack Obama, qui dira le contraire.

Crédits photo : IowaPolitics.com.