Claude Gagnon – Tristesse animal noir : « Une homosexualité parfaitement intégrée »

Par  |  Aucun commentaire

Claude Gagnon Tristesse Animal Noir

Être. Comment avez-vous réagi lorsque vous avez eu votre premier contact avec Tristesse Animal Noir ?

Claude Gagnon. L’écriture d’Anja Hilling est indéniablement singulière. Je me souviens m’être dit en terminant la lecture que c’était un des plus grands textes de théâtre contemporain qu’il m’avait été donné de lire. Sa plume se distingue parce qu’elle mêle des dialogues réalistes à des pages et des pages de didascalies qui non seulement donnent des indications sur la pièce, mais expriment ce que les personnages ressentent. Je fais aussi de la mise en scène et je dois admettre que je suis ravi d’avoir, dans ce cas-ci, la position d’acteur. Je n’aurais jamais su comment articuler ce texte.

Être. Quel genre de constat fait Anja Hilling sur l’être humain ?

C.G. Lorsque le Théâtre Pàp a interrogé l’auteure, elle a expliqué qu’on lui faisait souvent remarquer que ses personnages agissaient avec une grande cruauté les uns envers les autres. Je ne suis pas d’accord avec cette perception. Il est vrai qu’ils se parlent sans non-dit, avec une déstabilisante franchise. Mais cette façon de communiquer sans détour fait d’eux des amis dont l’amour et la tendresse semblent jaillir de cette brutalité. Ils ne se cachent rien, la communication est toujours claire, ils disent tout d’instinct. Anja Hilling montre une jeunesse franche qui n’a pas peur de ses opinions. Je retrouve ce genre d’honnêteté au sein de ma propre bande d’amis.

Être. Comment décririez-vous Oscar ?

C.G. C’est un artiste dans la mi- trentaine, en relation avec un autre homme depuis quatre ans, où se mêle complicité et antagonisme. Chacun réagit beaucoup à ce que fait l’autre, mais ils trouvent aussi une complémentarité dans ce qui les oppose. On sent chez eux un amour profond derrière les différends. Je vois aussi chez Oscar beaucoup d’humanité. Il est très à l’écoute des autres. Il joue souvent le rôle de médiateur dans les querelles et cherche à calmer les ardeurs. Sans révéler d’éléments cruciaux de l’histoire, je crois qu’avec la tragédie qui survient dans la pièce, Oscar est sans doute celui qui a le potentiel de s’en remettre le mieux.

Être. Quelle image du couple homosexuel est véhiculée par Oscar et son amoureux ?

C.G. Celle d’une homosexualité parfaitement intégrée dans la société. Leur amour ne se distingue pas de celui d’un couple hétérosexuel. Je remarque d’ailleurs que cette image tend à caractériser la culture cinématographique et télévisuelle contemporaine quand on aborde l’homosexualité. On ne cherche plus à faire grand cas de l’orientation sexuelle. 

Crédits photo : Maude Chauvin.