Association LGBT Rocher-Percé – « Ça bouge en Gaspésie »

Par  |  1 commentaire

gaspésie jocelle gaspésie rocher-percé

Être. Pourquoi avoir voulu organiser cette conférence ?

Marie Jocelle Cauvier. Elle a déjà été donnée à la Baie des Chaleurs il y a quelques semaines. Il s’inscrit dans le cadre d’une formation de deux jours, donnée aux intervenants (travailleurs sociaux, médecins, infirmières scolaires…) concernant leurs rapports avec les personnes homosexuelles. Il n’y a pas de problème d’acceptation mais il faut mettre fin à certains préjugés hétérosexuels subtils.

Être. Le thème « Vivre son homosexualité en région » parle forcément beaucoup à la Gaspésienne que vous êtes…

M.J.C. Oui, dans cette région – comme dans d’autres, tout le monde connaît tout le monde. Les choses peuvent donc être vécues difficilement. Ces dernières années, on a assisté à un exode des homosexuels, des régions vers les grandes villes, attirés notamment par le Village. Pourtant, depuis quelques temps, on voit la tendance s’inverser : les gais et les lesbiennes se rendent compte qu’on peut vivre ici tout aussi ouvertement qu’ailleurs. Même les anciennes générations ont évolué.

Être. Comment s’est déroulée votre propre sortie du placard, l’an passé ?

M.J.C. Ça s’est très bien passé. J’ai reçu le soutien de nombreuses personnes, y compris des religieuses que je côtoie. Elles m’ont beaucoup surprise, en me disant « Dieu t’a faite comme ça, il t’aime comme ça ». Je sais que je suis lesbienne depuis que j’ai 14 ans. Pourtant, j’ai eu jusqu’à mes 30 ans une vie hétéro, me mariant même avec un homme. J’en ai finalement eu assez, je ne pouvais plus faire semblant, j’ai commencé à en parler autour de moi, à ma famille notamment. Je me suis rendue compte que leur réaction était positive. Voilà pourquoi je suis sortie du placard… en direct à la télévision [Marie Jocelle Cauvier est animatrice sur une chaîne communautaire, nldr.] J’ai eu peur des répercussions mais beaucoup de gens sont ensuite venus vers moi pour me soutenir.

Être. Pourquoi avoir ensuite choisi de créer l’Association LGBT Rocher-Percé ?

M.J.C. Après ma sortie du placard, je me sentais un peu seule car, malgré les avancées, il y a encore beaucoup de lesbiennes et gais qui préfèrent se cacher. Après avoir parlé avec quelques amis, nous avons décidé qu’il fallait créer une association où puissent se nouer des liens amicaux. Le CLSC de Grande-Rivière et sa coordonnatrice communautaire nous ont beaucoup aidés. Ils nous permettent d’avoir un lieu « neutre » où aucun d’entre nous ne se sent gêné de venir. Nous sommes désormais une quinzaine de personnes (tous les sexes, toutes les générations) à nous réunir chaque mois.

Être. Quels sont les prochains projets de votre association ?

M.J.C. D’ici la fin de l’année, nous allons organiser quelques 5 à 7. Une autre association s’est créée à la Baie des Chaleurs et le fait déjà. Bref, ça bouge maintenant en Gaspésie ! Notre objectif est aussi de « se promener » dans plusieurs villes, à Grande-Rivière, Percé ou même à Gaspé.

« Vivre son homosexualité en région »
Conférence de Bill Ryan
Organisée par l’Association LGBT Rocher-Percé
Jeudi 3 novembre 2011 à 19h30 au
Centre spécialisé des pêches (EPAQ) de Grande-Rivière.
Entrée gratuite.

Crédits photo: document remis.

1 Comment