Chypre Nord : un ancien ministre arrêté pour actes « contre-nature »

Par  |  Aucun commentaire

Chypre Nord gay gai Michael Sarris

Michael Sarris, 65 ans, a été arrêté jeudi dernier en compagnie de deux autres hommes, âgés de 29 et 17 ans. Remis en liberté une semaine plus tard, suite au versement d’une caution de 120.000 lires turques (66.000 dollars), l’ancien ministre risque jusqu’à cinq ans de prison.

Son avocat a rejeté les accusations, indiquant que son client avait payé le jeune de 17 ans afin qu’il lui prodigue un massage. Il a par ailleurs mis en cause la police chypriote turque pour avoir tenté d’extraire aux jeunes hommes, sous la contrainte physique des aveux accablants le ministre.

La dernière loi pénalisant l’homosexualité en Europe

Chypre Nord, entité turcophone de l’île, divisée depuis 1974, uniquement reconnue par la Turquie, est le dernier territoire en Europe à avoir dans son code criminel une loi interdisant l’homosexualité, vestige du système juridique colonial britannique. Huit organisations LGBT ont lancé un communiqué de presse, affirmant qu’il n’existait pas de « relations contre-nature », mais des « lois contre-nature », exigeant l’abolition immédiate de la loi incriminée.

Plusieurs députés européens, dont le président de l’intergroupe parlementaire LGBT, Michael Cashman, ont rapidement exigé la libération des accusés et la suppression de la loi, arguant que « la criminalisation de l’homosexualité n’a plus sa place au XXIe siècle ». Les accusés pourraient invoquer le fait que la loi viole la Convention européenne des droits de l’homme, à laquelle Chypre Nord est liée.