L’école des femmes : magnifique Guy Nadon

Par  |  Aucun commentaire

École des femmes Guy Nadon TNM

Bourgeois misogyne, Arnolphe (Guy Nadon) a tout mis en place pour posséder la jeune Agnès (Sophie Desmarais), notamment la faire élever dans un couvent où il a fait en sorte que ne lui soit enseigné que le minimum. Car Arnolphe estime qu’une femme intelligente constitue une menace pour l’homme qui serait pourrait alors être manipulé et trompé. Malgré toutes ses précautions, l’acariâtre bonhomme va découvrir que sa promise a tout de même un cerveau et surtout un cœur qui bât pour un autre, Horace (Jean-Philippe Baril Guérard).

Tel un Louis de Funès québécois, Guy Nadon s’avère d’une énergie comique incroyable, portant à bout de bras un rôle qui n’a pas toujours été construit de manière légère. Le metteur en scène Yves Desgagnés rappelait dans Voir que René Richard Cyr, en 1990, avait préféré une « optique plus noire. Aujourd’hui la réalité est différente. Il y a quand même un équilibre homme-femme dans la société québécoise ».

Divertissement original

Cette pièce de Molière met quelque peu à mal le patriarcat et on comprend que la pièce ait pu surprendre et choquer en son temps. En 2011, gardons-nous néanoins de toute ode à l’émancipation pour un scénario où la jeune finit par s’unir à celui qu’elle aime seulement parce que le hasard a voulu qu’un mariage arrangé la lie à son bien-aimé…

Restons-en donc à applaudir cette version plutôt réussie, même si certains des acteurs ont parfois quelque difficulté à assimiler la langue de Molière (au sens propre du terme pour une fois). Pour sa première de la saison, le TNM offre un divertissement original (avec une jolie mise en abyme à découvrir) servi par de bons interprètes.

L’école des femmes
Du 4 au 29 octobre
Texte de Molière
Mise en scène d’Yves Desganés
Avec Guy Nadon, Jean-Philippe Baril Guérard, Sophie Desmarais…
tnm.qc.ca