Hockey : aucune sanction pour les propos de Wayne Simmonds

Par  |  Aucun commentaire

Wayne Simmonds Avery gay

Entendu la veille par la LNH pour les propos homophobes qu’il a tenus, l’ailier droit des Flyers de Philadelphie, Wayne Simmonds s’en sort indemne. Par la voie de son vice-président exécutif, Colin Campbell, la Ligue de hockey a indiqué son incapacité à trancher dans cette affaire en raison « des versions contradictoires concernant ce qui est arrivé sur la glace ».

Wayne Simmonds, avait pourtant reconnu les faits à demi-mots,. « Honnêtement, je ne me souviens pas de tout ce que je lui ai dit, mais il m’a dit certaines choses qui m’ont déplu. Et peut-être que j’ai dit certaines choses qu’il n’a pas aimées ». Le joueur mis en cause avait été victime plus tôt dans la saison d’une attaque raciste, lorsqu’un spectateur lui avait jeté une banane.

Cette insulte intervient alors que l’agitateur des Rangers de New York, Sean Avery, s’était, il y a quelques mois, engagé en faveur de l’égalité des droits dans une vidéo pour l’action New Yorkers for Marriage Equality Campaign, menée par l’organisation des droits LGBT Human Rights Campaign.

Une responsabilité d’éduquer

La Ligue reconnaît que « tous les joueurs, entraîneurs et officiels de la LNH méritent le respect de leurs pairs, et ont le droit absolu d’évoluer dans un milieu de travail où il n’y a pas de sous-entendus ou de dérision liés à la race ou de nature sexuelle ».

Le président par intérim de l’Alliance gaie et lesbienne contre la diffamation (GLAAD), Mike Thompson, a réagi dans un communiqué en estimant que « les discours haineux et les insultes anti-gais n’ont pas leur place sur la patinoire. Le mot que Simmonds a utilisé est le même mot qui est lancé aux jeunes LGBT sur le terrain de jeu et dans nos écoles, créant un climat d’intolérance et d’hostilité. »

Il poursuit en précisant qu’en plus des excuses du joueur incriminé, « les Flyers de Philadelphie et la LNH ont la responsabilité d’agir et d’éduquer leurs supporters pour qu’ils comprennent que ce mot est inacceptable.» Pour des faits similaires, la NBA avait sanctionné les basketteurs Kobe Bryant et Joakim Noah à respectivement 100.000 et 50.000 dollars d’amende.

Crédits photo: Underactive.