Rentrée parlementaire – NPD: «Les questions GLBT restent une priorité»

Par  |  Aucun commentaire

NPD Dany Morin Jack Layton Rentrée parlementaire

Être. Comment avez-vous réagi à l’annonce de la mort de Jack Layton ?

Dany Morin. J’ai éprouvé une profonde tristesse. Je l’ai appris le 22 au matin, alors que je commençais ma semaine de travail. Un de mes employés m’a appris la nouvelle. La semaine a ensuite été difficile. Ce n’est qu’après les funérailles que j’ai pu commencer à mieux accepter sa mort. Pour moi, Jack Layton restera un homme qui a dédié tout sa vie à la population, à la politique et au bien commun. Il s’est occupé de sujets qui recevaient alors peu d’écoute, comme les violences conjugales ou l’égalité pour les personnes LGBT.

Être. Peut-on dire que c’est grâce à lui que vous vous êtes lancé en politique ?

D.M. Oui, c’est pour Jack Layton que j’ai rejoint le NPD il y a sept ans. Déjà adolescent, je suivais beaucoup l’actualité politique, mais le NPD ne m’attirait pas, en raison de la position du parti concernant le Québec. Ça a changé avec l’arrivée de Jack Layton à sa tête. C’est lui qui, indirectement, m’a poussé à faire un don au NPD, mon premier pas en faveur du parti.

Être. La mort de Jack Layton pose quelques questions quant à la manière dont le NPD va désormais traiter les questions GLBT. Représenteront-elles encore une priorité ?

D.M. Bien sûr, avec Randall Garrison, porte-parole du parti pour les questions GLBT, nous continuons à suivre la même trajectoire, en ramenant au Parlement, dès l’automne, le projet de loi C-389 pour améliorer la protection des droits des trans [présenté lors de la précédente législature, le texte avait été adopté par la Chambre des Communes mais était tombé à l’eau, avant même son premier examen, au Sénat suite au déclenchement de nouvelles élections, ndlr.]. C’est la priorité numéro 1 du NPD dans ce domaine. Nous allons tout faire afin de rallier les voix des députés conservateurs nécessaires pour faire passer ce projet.

Première rentrée parlementaire pour Dany Morin

Être. Nycole Turmel, chef intérimaire du NPD et Thomas Mulcair, un des favoris pour diriger le parti, sont donc tout aussi engagés sur ces questions que l’était Jack Layton ?

D.M. Ils sont sans aucun doute deux vrais alliés pour la communauté GLBT. Vous en avez eu une belle preuve avec leur présence lors de la dernière marche des fiertés à Montréal, en août. Même chose pour le reste du parti en général. Je me souviens par exemple de notre unanimité, lors de la convention à Vancouver, en juillet, pour voter en faveur d’une proposition appelant l’Agence du revenu du Canada à mettre fin aux bénéfices accordés aux organismes « ex gai » [qui disent soigner l’homosexualité, ndlr.]. Ceux-ci restent, aujourd’hui encore, considérés comme des associations à but caritatif et, du coup, obtiennent des faveurs fiscales.

Être. Hormis le texte en faveur des droits des trans, quels sont les autres projets que le NPD compte défendre pour la communauté LGBT ?

D.M. Nous réfléchissons actuellement sur le type d’action à mener pour faire diminuer le nombre de cas d’intimidation dont sont victimes les jeunes homos. Le projet n’a pas encore été défini mais nous pensons qu’il s’agit d’une question qui a toute sa place dans notre agenda. Ce problème a émergé avec la vague de suicides d’adolescents gais aux États-Unis. Puis il y a eu la campagne de soutien It gets better. Jack Layton y avait d’ailleurs participé. Le nombre de suicides de jeunes homos reste sans doute moins grand au Canada que chez notre voisin. Néanmoins, le harcèlement existe tout autant. Il faut y remédier

Être. En tant que représentant de Chicoutimi – Le Fjord, pensez-vous que le NPD proposera un jour la mise en place d’un plan contre l’homophobie fédéral à l’image de celui qui a été décidé par le gouvernement québécois ?

D.M. J’adore ce plan sur tous les points qu’il présente. Il s’agit d’une excellente initiative. De là à dire que nous allons en faire de même, ça reste prématuré. Nous devrons en reparler tous ensemble. Nous avons évoqué la stratégie que l’on va suivre. Les choses ne sont pas encore définies.

Crédits photo: shortfin (photo de Jack Layton) et Facebook (photo de Dany Morin)