Mado au Piton de la Fournaise: soutenir la Maison d’Hérelle

Par  |  Aucun commentaire
Durant plusieurs années, les copropriétaires Jean-Pierre Charpentier et Chantal Matte remettaient une partie des profits du spectacle à la cause des Enfants de Béthanie. Depuis 2009 et pour une seconde fois, Jean-Pierre, Chantal et Mado embrassent une cause qui leur tient grandement à cœur, la Maison D’Hérelle : «À l’automne 2009, nous avons perdu Carl, l’un de nos employés et grand ami, précise Jean-Pierre Charpentier. La Maison d’Hérelle a été vraiment fantastique pour Carl et son entourage, en nous épaulant et nous réconfortant dans un contexte très humain.»

Aider les personnes vivant avec le VIH/Sida

Rappelons que l’organisme sans but lucratif a été créé en 1989, pour répondre aux besoins d’hébergement des personnes vivant avec le VIH/Sida : «C’est extraordinaire ce qu’ils font, ajoute Jean-Pierre. La Maison d’Hérelle offre à des gens en région de pouvoir séjourner dans leur maison, lors de traitements à Montréal, en les accompagnant même à leurs rendez-vous à la clinique. Elle aide aussi des personnes à se remettre sur pied et à retrouver une dignité. Depuis des années, elle fait en sorte que certains de leurs résidents puissent aussi éviter de devenir sans-abris, faute d’argent.»
Le dimanche 5 décembre (dans le cadre la Journée mondiale du sida), Mado Lamothe présentera son spectacle Maudits Français au Piton de la fournaise. Pour l’occasion, son pianiste Squeegee Nicky sera du rendez-vous : «C’est toujours un plaisir renouvelé à chaque année de chanter au Piton», souligne la star des drag queens. «J’aime la clientèle, l’atmosphère et la chaleur de l’endroit. C’est comme si je chantais dans mon salon pour 50 amis! C’est une expérience unique qui me procure énormément de plaisir.»

Se moquer gentiment des Français

Le spectacle que proposera Mado sera sensiblement le même que celui qu’elle avait offert aux Français il y a quelques temps: «Vous pouvez vous attendre à beaucoup de gags sur nos bons amis les Français que j’adore (chut ils ne le savent pas!) et des chansons inspirées de leur répertoire, de même quelques classiques québécois dont je retravaille les paroles à la sauce Mado ! »
Les billets pour le souper spectacle s’écoulent à 50$ l’unité et déjà au moment d’écrire ces quelques lignes, les organisateurs s’apprêtent une fois de plus à afficher complet : «Puisque nous n’avons que 40 places, je trouve triste de ne pouvoir remettre plus à la cause, ajoute Jean-Pierre Charpentier. Mado, Chantal et moi invitons par conséquent les gens à faire directement des dons à la Maison d’Hérelle ou à toutes les autres causes qui viennent en aide aux personnes vivant avec le VIH/Sida. Malgré les progrès remarquables de la science, il ne faudrait surtout pas que le VIH/Sida et les personnes qui en sont atteintes tombent dans l’oubli.»
Il rappelle également que «le drame des séropositifs se joue malheureusement trop souvent dans l’ombre et plusieurs abandonnent leur combat et leur médication. La communauté se doit d’appuyer les activités-bénéfices telles celles que le Cabaret Mado fait régulièrement ou comme le font aussi les Kat Coric et Jean Pierre Pérusse depuis de nombreuses années, mais aussi la Fondation Farah, la Maison Plein Cœur et la Fondation d’Aide Directe – SIDA Montréal. Il faut absolument remettre le ruban rouge au goût du jour et lui redonner tout son sens.»
Crédits photo :  Mado