Voir un ami partir

Par  |  Aucun commentaire

Jack Layton gay rights

Pour les communautés LGBT du Canada, le décès de Jack Layton signifie la perte d’un allié de longue date. Sans son appui indéfectible, toutes les avancées qui nous ont permis de faire un pas de géant en matière d’égalité juridique, en 2005, avec le mariage pour tous, auraient été impossibles. C’est aussi sous sa direction que le projet de loi C-389, en faveur des droits des trans, a été débattu et adopté à la Chambre des Communes. Un projet de loi toutefois jeté aux oubliettes avec le déclenchement des élections, mais que Jack Layton s’était engagé à représenter dès la convocation du nouveau Parlement à l’automne.

En juin encore, malgré la maladie qui l’affaiblissait, trois semaines avant l’annonce de son retrait de la direction du NPD, Jack Layton et sa conjointe avaient tenu à participer au défilé de la fierté de Toronto, comme ils le faisaient depuis des décennies. C’est dans la capitale de l’Ontario que l’homme politique avait fait une bonne partie de sa carrière, d’abord comme conseiller municipal, puis comme député fédéral.

S’inspirer de son courage

Face au gouvernement le plus homophobe qu’ait connu le Canada depuis 50 ans, savoir que le chef de l’opposition officielle était un solide allié des droits des lesbiennes, gais, bisexuels et trans mettait un peu de baume au cœur. Cela donnait l’assurance que l’opposition à Ottawa se tiendrait solidement à nos côtés devant les avancées du programme de conservatisme social qui est à l’ordre du jour de Stephen Harper depuis son entrée en politique.

Jack Layton n’était pas homme à découvrir sur le tard ou par électoralisme la question de la défense des droits des minorités sexuelles. Déjà, dans les années 1980-1990, alors qu’il était conseiller municipal à Toronto, il avait pris fait et cause pour les LGBT. Pour lui, cela a toujours été une question de droits humains et une question de principes.

Il fallait que Jack Layton soit bien malade pour ne pas être du défilé de la fierté de Vancouver, début août, manifestation à laquelle il avait l’habitude d’assister. Au moment de célébrer la fierté GLBT à Ottawa, un événement auquel il aurait surement participé en sa qualité de nouveau chef de l’Opposition officielle, nous tenons au nom de toute l’équipe du Magazine Être à nous joindre à tous les Canadiens et à toutes les Canadiennes, à tous les Québécois et Québécoises qui sont en deuil non seulement d’un chef politique apprécié, mais aussi d’un ami, pour exprimer à ses proches nos plus sincères condoléances. Inspirons-nous du courage qui fut le sien pour mener à leur terme les combats qui nous ont unis. Des luttes qu’il a portées durant toute sa vie publique.

Crédits photo: Mattjiggins.