Australie: un couple lesbien gagne son procès contre le donneur

Par  |  Aucun commentaire

Sydney Donneur Lesbiennes Australie

Le juge Stephen Walmsley a donc tranché : un donneur de sperme n’a « aucun droit contractuel » lui permettant de figurer sur le certificat de naissance de l’enfant d’un couple lesbien. C’est en réalité la compagne (en l’occurrence ici l’ancienne compagne) qui doit être sur ces papiers officiels.

Ce verdict était très attendu par les militants LGBT en Australie. Il s’agissait de la première affaire du genre depuis l’introduction, il y a trois ans, de lois reconnaissant le statut égal de parents aux partenaires d’un couple lesbien. Dans le cas présent, celle qui est désormais considérée comme l’autre mère de la petite fille de neuf ans avait entamé des poursuites en 2006.

« Ça me dévaste »

L’homme de 58 ans, s’est montré très touché par le verdict : « La Fête de Pères est dans deux semaines [en Australie]. Je ne suis plus son père ? Qu’est-ce que je suis alors ? Je suis juste un donneur qui a donné son sperme. Ça me dévaste », a-t-il expliqué.

C’est en 2000 que celui-ci a répondu à une annonce dans un magazine. Les deux femmes parlaient alors du « rôle d’oncle » qu’elles souhaitaient donner à celui qui accepterait de les aider. Le donneur avait ensuite participé à certains frais (notamment scolaires) alors qu’il n’y était pas obligé, allant même jusqu’à acheter une deuxième maison pour être plus proche de l’enfant. « Je ne regrette pas la naissance de ma fille et j’espère que lorsqu’elle grandira, j’aurai une vraie relation avec elle », a-t-il ajouté.

Au moment de rendre son jugement, Stephen Walmsley a fait part de sa « sympathie » pour le donneur qui « a fait ce qu’il pensait être le mieux pour l’enfant […] mais il n’existe aucun accord, avant la naissance, qui lui permette d’être sur le registre ». Pour le magistrat la petite fille « a été amenée à savoir qui étaient exactement ses parents, y compris lui. Le fait de ne pas avoir le nom du donneur sur le registre de naissance ne l’empêchera pas de connaître l’identité de ses parents ».

Crédits photo: jimmyharris