États-Unis: une communauté amérindienne vote pour le mariage gai

Par  |  Aucun commentaire

Heather Purser

Heather Purser, 28 ans, est sortie du placard il y a quatre ans alors qu’elle étudiait à l’Université de Western Washington, situé dans l’État de Washington, au nord-ouest des États-Unis. De retour dans sa communauté natale, basée tout près de la ville de Seattle, elle a œuvré afin d’y faire reconnaitre le mariage pour les homos.

« J’étais plutôt nerveuse à l’idée d’être ouverte à ce point au sujet de mon orientation. Parce que c’est une chose que d’être ouvertement lesbienne, mais c’en est une autre de réclamer des droits », a déclaré la jeune femme lors d’une entrevue avec le Seattle Weekly.

Audace et persévérance

En mars dernier, lors d’un Conseil de bande, la jeune femme s’est avancée au micro afin de demander pour la énième fois à la communauté de reconnaitre les unions entre conjoints de même sexe. En guise de réponse, il lui a été signifiée que la question continuerait à être examinée.

« Mon cousin m’a alors dit : ils vont simplement continuer à traîner les pieds », a raconté Heather Purser au journal Kitsap Sun. C’est grâce à l’encouragement des auditeurs qui l’entouraient qu’elle a finalement décidé de s’avancer à nouveau au micro pour réclamer, cette fois-ci, une audience publique sur la question.

À la demande de Heather Purser, le Conseil de bande a donc tenu une audience sur la question en juin pour finalement adopter la loi à l’unanimité lundi 1er août.  « Je m’attendais à un débat féroce. Je ne croyais pas que quiconque me supporterait », a laissé savoir Heather Purser au Seattle Weekly.

La Coquille Indian Tribe comme pionnier

L’adoption de cette loi fait de la communauté Suquamish la deuxième tribu autochtone à voter en faveur du mariage homosexuel. En effet, la Coquille Indian Tribe, située dans le sud de l’Oregon, a été la première à autoriser le mariage entre conjoints de même sexe en 2008.

Selon le Kitsap Sun, la nouvelle loi permet au tribunal de la communauté Suquamish de livrer une licence de mariage à deux personnes, peu importe leur sexe, pourvu qu’elles soient toutes les deux âgées de plus de 18 ans et qu’au moins l’une d’entre elles soit membre de la tribu.

Si Heather Purser, en couple avec Rebecca Platter depuis un peu plus d’un an, n’a pas l’intention de se marier d’ici peu, elle se dit toutefois satisfaite de pouvoir au moins considérer l’option. Dans l’entrevue avec le Seattle Weekly, elle déclare ainsi « que le mariage est un droit auquel tous devraient avoir accès ».

Pour rappel, seulement six des 52 États américains autorisent les mariages entre conjoints de même sexe ; le Connecticut, l’Iowa, le Massachusetts, le New Hampshire, New York et le Vermont. D’autres États reconnaissent les unions entre conjoints de même sexe réalisées ailleurs alors que 31 États ont des restrictions constitutionnelles qui limitent le mariage à l’union entre un homme et une femme.