Sixième édition d’Osheaga: entre grand public et indépendant

Par  |  Aucun commentaire

Osheaga 2011

Avec plus de 70.000 spectateurs conquis lors de ses trois premières éditions, Osheaga mise sur quelque chose de mystérieux que l’on pourrait certainement désigné comme un « éclectisme logique ». En invitant des têtes d’affiche reconnues mondialement – cette année : Eminem, Elvis Costello & The Imposters et plus modestement, The FLaming Lips – et en saturant le reste de la plage horaire avec tous les petits favoris des critiques de Pitchfork – une référence du côté des blogs musicaux – l’événement tente d’attirer à la fois le grand public et les adeptes de musique indépendante.

Chaque année, l’histoire se répète. Les puristes de l’indie s’égosillent contre les grands rappeurs de ce monde alors que les autres tentent encore de comprendre à quoi servent les cinq scènes s’ils font le piquet toute la journée à celle de la rivière. Voyons un peu ce que nous réserve cette année.

JOUR 1 – Vendredi le 29 juillet

Eminem, star d'Osheaga 2011

Quelques incontournables : Glass Candy, Janelle Monàe, KiD CuDi et Timber Timbre.

Quelques bons vieux bands : Broken Social Scene, Bran Van 3000.

Tête d’affiche: l’enfant terrible… Eminem.

JOUR 2 – Samedi 30 juillet

Elvis Costello

Quelques incontournables : Oh Land, Jacques Greene, Bassnectar.

Quelques bons vieux bands : Ratatat.

Tête d’affiche : Elvis Costello & The Imposters (le vrai « vieux de la vieille » dans tout ça).

JOUR 3 – Dimanche 31 juillet

The Sounds

Quelques incontournables: Eels, The Pains of Being Pure at Heart, Beirut, Jamie XX, Crystal Castles, et la finale, tout en beauté qui exigera de se dédoubler ou de se téléporter ; MSTRKRFT, Claude Von Stroke et la tête d’affiche The Flaming Lips, reconnus pour livrer d’excellentes prestations remplies de confettis.

Quelques bons vieux bands : The Tragically Hip (intronisés à l’Allée des célébrités canadiennes…), The Sounds (on aime la sexy – et lesbienne – chanteuse).

Au-delà de toute satire, il faut nécessairement rappeler la chance des Montréalais et autres visiteurs de pouvoir profiter d’un tel événement dans la métropole québécoise. Un festival parfait pour découvrir tant d’artistes intrigants qui nous ont filé entre les doigts pendant l’année. Il y a six ans, de tels moments musicaux étaient à la limite de l’impensable.

Plus de renseignements: osheaga.com

Crédits photo: EdwardshepardSuperbriu, Starbright31 et Dentarg.