Dany Morin et Philip Toone: il se passe quelque chose dans l’Est

Par  |  1 commentaire

Dany Morin NPD Chicoutimi-Le Fjord

Dany Morin est un jeune homme pressé. Lorsqu’il appelle d’Ottawa, le 16 juin vers midi, pendant la pause de l’assemblée, il a quinze minutes à nous consacrer. Peu de temps pour faire sa connaissance, lui qui est plutôt méconnu du grand public. Il faut dire qu’à seulement 25 ans, ce chiropracteur ouvertement l’a emporté à la surprise générale avec 38% des votes. Il vient aussi d’être nommé co porte-parole du NPD sur les questions LGBT.

Comme de très nombreux nouveaux députés du NPD, il avoue qu’il ne s’attendait pas vraiment à sa victoire même s’il a « senti l’élan monter, en fin de campagne ». Sa position de troisième candidat a fait que ni les journalistes, ni les animateurs ne se sont vraiment attardés sur lui et sur sa vie. Son homosexualité n’a finalement été « révélée » qu’après son élection.

L’ouverture « fait partie de la culture » de la région

Alors que les régions sont souvent vues comme plus homophobes que les centres urbains, aux dernières élections l’Est a cloué le bec à cette image. Outre Chicoutimi-Le Fjord avec Dany Morin, on a assisté dans Gaspésie- îles de la Madeleine à la victoire de Philip Toone, quadragénaire en couple avec un homme depuis 13 ans.

Selon ce dernier, la vision d’un conservatisme accru, une fois sorti des grandes villes, est dépassée : « En Gaspésie, ça fait partie de la culture d’être ouvert. Les gens très fiers d’entendre qu’ils sont accueillants. » Le nouveau député concède cependant une évolution : lors de son arrivée, voilà 13 ans, il avait reçu une lettre anonyme l’informant de réunions entre personnes homosexuelles. Récemment un organisme s’est monté à Chandler et Philip Toone a vu des annonces dans la presse locale.  Il y a là, selon lui, le signe évident d’un changement dans le bon sens, partout.

Philip Toone

Défendre les droits acquis

Dany Morin partage ce point de vue. Il se souvient très bien du sort réservé à Sylvain Gaudreault, dans la circonscription de Jonquière. Après avoir annoncé sa candidature aux élections provinciales de 2007 et en disant ouvertement son homosexualité, il avait du faire face à plusieurs commentaires dont le plus célèbre reste celui de l’animateur de radio Louis Champagne qui affirmait que les électeurs, en particulier les électeurs d’usine, ne voteraient jamais pour une « tapette ». Ceux-ci lui avaient donné tort et avaient envoyé un péquiste de plus à Québec.

Absent de sa région d’origine pendant cinq ans, lors  ses études de chiropracteur à Trois-Rivières, Dany Morin est revenu au bercail depuis deux ans pour y constater de vraies rupture, notamment pour ce qui concerne des thèmes souvent délicats comme « l’homosexualité et l’immigration ».

Quand vient le temps d’exposer ses priorités, il y a donc chez lui l’idée de s’inscrire dans cette direction. Pêle-mêle, le parlementaire entend diversifier l’économie de sa région pour retenir davantage de jeunes, surveiller les conservateurs et empêcher toute tentative de régression des droits LGBT. Sans oublier les améliorations d’un système de santé qu’il côtoie au quotidien.

Autre territoire, autre enjeu pour Philip Toone qui a fait de la question environnementale un des enjeux de sa circonscription. Il souligne ainsi la crise de la pêche en Gaspésie mais appelle à ne pas se jeter tête première dans le mirage des hydrocarbures. « Or, le gouvernement de Harper n’a de cesse de privilégier les grandes compagnies », ajoute-t-il.

À ses yeux, la réaction rapide et intransigeante des conservateurs face au conflit à Poste Canada est une preuve que « les conservateurs ont déclaré la guerre à la classe ouvrière. Ils sont vraiment à côté du patronat et pas à peu près. » Il s’inquiète aussi des risques sur les pensions : « C’est facile pour eux de toucher à des programmes dont les incidences financières sont lointaines. Il faudra être vigilant ».

Dany Morin

[DDET Lire la suite]

On reparle du projet de loi C-389

Sur les questions des droits GLBT, Philip Toone espère que des groupes le solliciteront ou qu’il pourra aider à des initiatives. Danny Morin est, pour sa part, d’autant plus enthousiaste qu’il travaille directement sur ces questions aux côtés de Randall Garrison (élu gai de Victoria- Colombie Britannique).  « C’est clair qu’il y a beaucoup de travail à faire. Notre priorité c’est de revenir sur le projet de loi porté par Bill Siksay (C-389) qui apportera une avancée majeure en termes de reconnaissance de l’identité de genre et de protection des personnes trans », explique-t-il

Philip Toone est convaincu que la victoire est possible. « Moi je rencontre tous les députés conservateurs pour les sensibiliser. De toute façon, on est bien obligé de travailler avec eux. C’est une démarche de conviction. »

Dany Morin parle aussi de « travailler sur un projet de loi sur le harcèlement et l’intimidation des jeunes dans les écoles. C’est un projet fédérateur car ça ne concerne pas seulement les jeunes gais ou lesbiennes mais d’autres personnes. On peut aussi être harcelé à cause de sa religion par exemple ». Rendez-vous et rencontres sont prévues pour l’automne prochain avec les organismes GLBT.

Vers un caucus GLBT ?

Le député de Gaspésie compte bien, par ailleurs, interpeller le gouvernement de Stephan Harper suite aux statistiques alarmantes concernant les crimes haineux. Ceux qui touchent des personnes gaies ou lesbiennes ont ainsi augmenté de 18% au Canada. L’idée d’un plan de lutte à l’homophobie et la transphobie dans les secteurs fédéraux pourrait s’inscrire comme une des réponses possibles.

Reste pour le jeune député à apprendre les rouages du monde politique. Dany Morin dit avoir été surpris, dans les premiers temps, par l’aspect bureaucratique, la lenteur pour comprendre le fonctionnement du Parlement. « En même temps, toute cette procédure donne aussi le temps de mieux surveiller le gouvernement de Harper », nuance-t-il.

Dany Morin sait qu’une vraie bataille va s’instaurer face à l’action des conservateurs, désormais majoritaires. « Lors du congrès de leur parti, on a encore insisté sur le fait que le mariage se définit seulement par l’union d’un homme et d’une femme. Il faut donc toujours être vigilant », détaille-t-il.

Alors que les hommes du premier ministre ont donc désormais les mains libres, les deux députés semblent comprendre que les électeurs de la communauté gaie, lesbienne et trans attendent beaucoup du parti NPD. Histoire de peut-être les rassurer, Philip Toone indique qu’un caucus LGBT pourrait prochainement voir le jour sur la Colline.

[/DDET]

1 Comment

  1. Matt McLauchlin

    2011-07-25 at 15h33

    « Son homosexualité n’a finalement été « révélée » qu’après son élection. » — Petite précision. Même si son orientation sexuelle n’est pas devenu un enjeu pendant la campagne, M. Morin faisait campagne en tant que candidat ouvertement gai, et le NPD promouvait sa candidature au sein de son équipe de candidates et candidats ouvertement membres de la communauté LGBTT.