Base-ball: quand les fans poussent leur équipe à combattre l’homophobie

Par  |  Aucun commentaire

phillies It gets better

Originaire de Philadelphie, mais résidant à Washington, Jerome Hunt est un adepte des Phillies depuis sa tendre enfance. Lui-même victime de harcèlement alors qu’il était adolescent, l’homme a tenu à faire sa part afin de combattre l’homophobie dans le milieu du sport. Il a donc mis en ligne, via le site change.org, une pétition visant à faire des Phillies la septième équipe professionnelle prenant part au projet « It Gets Better ».

En réponse à une sortie homophobe

Le 30 juin dernier, le footballeur DeSean Jackson a tenu des propos homophobes sur les ondes de la radio Sirius XM’s. Le receveur des Eagles de Philadelphie s’est excusé depuis, mais connaissant trop bien les effets de tels propos, Jerome Hunt a voulu faire écho à cette histoire.

« Je me suis fait traité de gai et de tapette à l’école primaire et secondaire alors que je ne savais même pas moi-même que j’étais gai à l’époque, raconte Hunt. Les mots, même s’ils sont dits à la blague, sont lourds de conséquences. Quand ils proviennent d’une personne qu’on admire, comme un athlète professionnel, il peuvent conduire certains à croire qu’ils n’auront jamais la liberté d’être eux-mêmes ».

Plusieurs équipes déjà solidaires du projet

Jusqu’à maintenant, The Giants, The Cubs et The Red Sox ont produit une vidéo dans le cadre du projet « It Gets Better » après que leurs fans en ont fait la demande. Par ailleurs, trois autres équipes se sont engagées à produire de telles vidéos dans le futur – The Twins, The Mariners et The Nationals.

« Se faire dire que c’est correct d’être soi-même et que ça ira mieux avec les années par un athlète qu’on admire peut vraiment faire une différence », soutient Jerome Hunt. Et Eden James, le directeur du site web change.org de souligner que « désormais les Phillies ont l’opportunité de montrer leur soutien en répondant à l’appel de Jerome Hunt et des 1500 fans qui l’ont joint en signant la pétition ».

Crédits photo: Schnaars.