Le Rhode Island autorise les unions civiles pour les couples homos

Par  |  Aucun commentaire

Le Rhode Island vote l'union civile pour la communauté gay

Cela pourrait apparaître comme une victoire pour les GLBT du Rhode Island et c’est pourtant la polémique et la déception qui dominent. Certes, le Sénat (par 21 voix contre 16) a donné son aval pour autoriser les unions civiles pour les couples de même sexe. La Chambre des Représentants en avait fait de même en mai dernier. Les gais et lesbiennes obtiennent ainsi à peu près tous les mêmes droits que les couples hétéros, notamment concernant les visites à l’hôpital, les transferts de propriété, ou les comptes communs. Il n’empêche : les critiques fusent.

Les espoirs étaient en effet réels, il y a encore quelques semaines, de voir le mariage gai devenir réalité dans cet état de l’Est des États-Unis. Sénat et Chambre des Représentants sont aux mains d’élus du parti démocrate, supposé bien plus progressiste que son rival républicain. Le nouveau gouverneur – indépendant – du Rhode Island, Lincoln D. Chafee, s’est même prononcé en faveur du mariage gai. Par ailleurs, quatre états voisins (Massachusetts, Connecticut, New Hampshire, et Vermont) ont déjà franchi le pas.

La présidente du Sénat opposée au mariage gai

Voilà pourquoi le président de la Chambre des Représentants, Gordon D. Fox s’était imaginé pouvoir rassembler un nombre suffisant de voix pour voter une loi depuis longtemps attendue par la communauté. C’était sans compter avec de fortes oppositions au sein de son propre camp, à commencer par la présidente du Sénat Teresa Paiva Weed. C’est donc un compromis qui a été finalement trouvé : Gordon D. Fox a renoncé à son projet. En échange, un texte sur les unions civiles est adopté.

Les militants GLBT ont donc fait part de leur déception, rappelant au passage que cette loi laissait la possibilité aux organismes religieux de ne pas respecter les droits des GLBT. Ainsi, un hôpital catholique pourrait décider de ne pas suivre les décisions prises la/le partenaire d’une personne malade, puisque les deux personnes ne sont pas officiellement mariés. « Il s’agit d’une permission pour ignorer certains obligations légales », affirme Karen L. Loeway, avocate au sein de l’association GLAD.

La mesure a d’autant plus de mal à passer que l’État de New York a lui voté, la semaine dernière pour le mariage gai. Une décision saluée par Barack Obama lui-même.

Crédits photo: J.Stephen Conn.