France : le texte sur le mariage gai rejeté

Par  |  Aucun commentaire

Mariage gay France

Ce n’est pas cette fois que la France prendra place aux côtés de la Belgique, des Pays-Bas, de l’Espagne, du Danemark, de la Suède ou encore du Portugal, ces pays européens qui ont déjà voté en faveur du mariage gai. Le 14 juin, les députés français ont rejeté la proposition de loi voulant légaliser cette union, par 293 voix contre et 222 pour.

On savait depuis la présentation du texte que ce dernier n’avait quasiment aucune chance d’être adopté. La gauche, minoritaire au sein de l’Assemblée nationale, l’aura certes soutenu ardemment. Mais la droite de Nicolas Sarkozy (Union pour un mouvement populaire, UMP), hormis quelques députés (neuf), a fait bloc pour faire échouer cette tentative historique dans le pays.

Et pendant ce temps, Marine Le Pen…

SOS Homophobie a condamné l’attitude des députés de la majorité présidentielle. «L’UMP a choisi son camp. À un an de l’élection présidentielle, et après quatre ans de quasi-inactivité en matière de lutte contre l’homophobie et la transphobie, le gouvernement et l’UMP montrent sans ambiguïté qu’au sein de la droite française, aujourd’hui, c’est une pensée rétrograde et homophobe qui domine.»

De son côté, Homosexualités et socialisme (HES) explique que «la France accuse désormais un retard injustifiable. Les Français sont, depuis longtemps, favorables à l’ouverture du mariage à tous les couples, sans discrimination. De nombreux pays ont montré le chemin».

Quelques heures avant le vote, une nouvelle polémique avait éclaté autour de la question du mariage gai. La présidente du Front national, parti d’extrème-droite, avait fait part de son opposition au projet de loi de manière outrancière. Ainsi, pour Marine Le Pen « si on part de ce principe, on peut aller à la limite très loin dans la modification de notre civilisation. On peut aussi décider que, après tout, pourquoi n’a-t-on le droit que de se marier avec un homme? (…) Pourquoi pas l’autorisation de la polygamie! ». Les associations GLBT françaises ont encore beaucoup de travail à effectuer pour faire changer les mentalités du monde politique.

Crédits photo: Happy A.