France: les députés examinent un texte autorisant le mariage homo

Par  |  Aucun commentaire

Loi mariage gay France

On pourrait pense que cet appel est inutile, tant le projet de loi sur le mariage homosexuel est quasi sûr d’être rejeté. La droite française, majoritaire à l’Assemblée nationale, a, ces derniers jours, montré une nouvelle fois son conservatisme, une députée allant jusqu’à comparer les gais et lesbiennes à des animaux.

Reste que pour les associations et militants, il faut se mobiliser, afin de montrer qu’ils ne reculeront pas, que leurs revendications demeureront les mêmes. Voilà pourquoi Inter-LGBT, Ligue des droits de l’Homme, SOS homophobie ou encore Amnistie Internationale appellent à manifester en nombre devant le Palais Bourbon (où siègent les députés) ce mercredi 8 juin, à 18h30 (12h30 au Québec).

« Une des principales inégalités »

«Si la droite est aussi peu homophobe qu’elle le prétend, l’Assemblée devrait en toute logique adopter ce projet de loi et mettre fin à une des principales inégalités entre homos et hétéros, affirme l’association les Panthères roses. Dans le cas contraire, la majorité parlementaire confirmerait son caractère homophobe et rétrograde.»

Le projet de loi est présenté par le député socialiste Patrick Bloche, déjà rapporteur du Pacte civil de solidarité (PACS) voté en 1999. Le texte consiste en un seul article : la «reconnaissance, dans le code civil, du mariage contracté par deux personnes de même sexe». Il est examiné jeudi, à partir de 9h30 (3h30 heure québécoise). Le vote aura lieu sur le 14 juin.

Les socialistes proposent cette loi suite aux recommandations du Conseil constitutionnel. Fin janvier 2011, saisi par un couple lesbien qui jugeait la loi actuelle sur le mariage discriminatoire, l’institution, garante de la Constitution française, avait refusé de trancher sur la question, laissant le pouvoir politique, donc le président, le gouvernement et les députés seuls décideurs concernant l’évolution à donner à la société française sur cette question.

Crédits photo: Richard Ying.