La Bulgarie, pourquoi pas ?

Par  |  Aucun commentaire

Membre de l’Union européenne depuis 2007, la Bulgarie est toujours déchirée entre l’influence moderne de l’Europe et la férule autoritaire d’une droite politique bien présente et d’une Église orthodoxe bien pensante. Toutefois, depuis quelques années, le pays fait des progrès en ce qui concerne son ouverture à l’homosexualité. En 2010, Sofia, la capitale, accueillait la troisième Fierté gaie de l’histoire de la Bulgarie, célébration qui bénéficiait entre autres du soutien de plusieurs ambassadeurs de pays membres de l’Union européenne.

Si tout n’y est pas rose pour les homosexuels, la Bulgarie s’aligne tout de même tranquillement sur les positions de l’Europe en la matière. Et comme l’euro n’est pas encore en vigueur et que les leva bulgares avantagent grandement le touriste nord-américain, le moment est parfait pour braver les barrières de la langue et découvrir le charme et la richesse de ce pays encore méconnu.

Sofia, la capitale

Centre culturel et politique situé dans la portion ouest de la Bulgarie, Sofia figure parmi les villes les plus peuplées d’Europe, avec 1,4 million d’habitants. C’est en sillonnant les parcs et les rues de cette cité et en déambulant dans ses marchés que l’on découvre en toute simplicité la vitalité qui anime cette capitale. Il faut toutefois prioriser le centre de la ville pour profiter de l’architecture magnifique de l’Opéra national et du Palais royal, qui abrite aujourd’hui le Musée d’art national, ainsi que du Théâtre national Ivan Vazov, de la Mosquée Bania Bachi, érigée en 1567, et de l’imposante Cathédrale Alexandre-Nevski. Au cours de cette virée toute culturelle que propose Sofia, on apprécie les flâneries sur les nombreuses terrasses en bordure de parcs qui permettent de contrer la chaleur et d’admirer plus longuement la ville.

Au sud de Sofia, en plein cœur des monts Rila, dont le point culminant atteint presque 3 000 mètres d’altitude, se trouve le monastère de Rila, classé patrimoine mondial par l’UNESCO depuis 1983. Construit au Xe siècle, ce monastère héberge encore aujourd’hui des moines qui accueillent les touristes en escapade, désireux de passer la nuit entre les murs de ce monument qui symbolise l’Église orthodoxe bulgare. Ainsi, il faut absolument visiter le monastère, d’une beauté exceptionnelle, malgré les quelques heures de route qui le séparent de la capitale, quitte à y passer la nuit.

[DDET Lire la suite…]

Melnik, destination gourmande

Au sud-ouest de Sofia, à environ 30 kilomètres de la frontière entre la Bulgarie et la Grèce, se trouve la plus petite ville du pays, Melnik. Parmi les 96 maisons du village qui sont classées monuments historiques, beaucoup sont aujourd’hui des auberges, des gîtes ou des vignobles. À Melnik, il est possible de visiter diverses caves et de goûter les produits vinicoles du pays. Quelques maisons produisent aussi la rakia, eau-de-vie nationale, que les Bulgares servent traditionnellement avec la salade Chopska composée de tomates, de concombres, d’oignons, de poivrons et de feta bulgare. Après une journée de marche à visiter les pyramides de sable blanc qui entourent la ville et les ruines qui s’y cachent, les légumes gorgés de soleil cueillis directement dans le jardin avec une rakia bien froide, voilà l’introduction parfaite aux longues et chaleureuses soirées en compagnie de ses hôtes.

Plovdiv, plus ancienne ville d’Europe

Environ 3 500 ans avant notre ère, la civilisation mycénienne foulait le sol de Plovdiv, située au centre du pays, faisant de cette cité la plus vieille de toute l’Europe. Toutefois, d’un point de vue historique, la vraie richesse de Plovdiv repose sur les vestiges antiques qu’on retrouve un peu partout dans la ville. En effet, il y a plus de 2 000 ans, l’Empire romain y construisait de nombreux bâtiments publics, comme des bains thermaux, des mausolées et des théâtres. Aujourd’hui, on peut visiter notamment les ruines du théâtre, de l’odéon et même une partie du stade romain construit sous l’actuelle rue principale qui traverse la ville, deuxième plus populeuse de Bulgarie. Grâce à ses bâtiments contemporains aux couleurs éclatantes qui se mêlent aux ruines, Plovdiv revêt à la fois le charme d’une ancienne cité historique et celui d’une ville moderne où se multiplient les discothèques, terrasses, restaurants et boutiques.

À quelques heures de Plovdiv, les côtes de la mer Noire satisferont aussi les visiteurs qui souhaitent s’éclater sur les plages bondées et rencontrer des universitaires venus de partout en Europe exclusivement pour faire la fête. Entre les villes de Varna et de Bourgas, la station balnéaire de Sunny Beach est considérée comme l’Ibiza bulgare, offrant neuf kilomètres de plage ensoleillée et de discothèques.

Crédits photo (vue aérienne de Sofia, la capitale): Boby Dimitrov.

[/DDET]