Un traitement anti-VIH efficace aurait été mis au point

Par  |  1 commentaire

sida nouveau traitement

Ces résultats, annoncés par les Instituts nationaux de santé des États-Unis, montrent que si la personne séropositive du couple adhère au traitement antirétroviral, le risque de transmission du virus à son partenaire sexuel non infecté peut être réduit de 96 %.

« Cette percée scientifique change considérablement la donne et assurera l’avancement de la révolution de la prévention. Elle place le traitement anti-VIH au rang des nouvelles options de prévention prioritaires », a déclaré Michel Sidibé, Directeur exécutif du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA).  « Nous devons maintenant nous assurer que les couples ont la possibilité de choisir le traitement pour la prévention et qu’ils y ont accès », a-t-il ajouté.

Cet essai, conduit par le Réseau pour les essais de prévention du VIH, a engagé plus de 1.700 couples sérodiscordants (un séropositif et un séronégatif) originaires d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine et des États-Unis d’Amérique. La réduction de la transmission du VIH par voie sexuelle a été si importante que l’essai a été arrêté 4 ans plus tôt que prévu.

« Avancée cruciale »

« Cette avancée est cruciale car nous savons que la transmission par voie sexuelle représente environ 80 % du total des nouvelles infections », a indiqué le Dr Margaret Chan, Directeur général de l’OMS. « Les résultats produits par l’essai vont renforcer et étayer les nouvelles orientations que l’OMS publiera en juillet pour aider les personnes vivant avec le VIH à protéger leur partenaire. »

L’ONUSIDA organisera bientôt une réunion de partenaires pour discuter plus précisément de cette nouvelle possibilité et de ses implications pour la riposte contre le virus. Cette initiative prend appui sur une série de consultations d’experts qui ont été organisées par l’OMS et l’ONUSIDA sur le Traitement pour la Prévention au cours de ces deux dernières années.

Crédits photo: Philippe Leroyer.

1 Comment