Friendly Fires (enfin) à Montréal

Par  |  Aucun commentaire

Friendly Fires au Théâtre Corona de Montréal

Originaires de Saint-Albans en Angleterre, Ed MacFarlane et sa bande se sont rencontrés à l’école secondaire, au début de l’adolescence. Ils ont d’abord joué du posthardcore sous le nom de First Day Back pour créer, quelques années plus tard, un son beaucoup plus pop. Le fait qu’ils aient choisi de s’appeler Firendly Fires représente bien leur évolution fulgurante, ce nom provenant d’une chanson du groupe post-punk Section 25, qui a lui-même connu un virage new wave au cours des années 1980.

Un son explosif, une énergie incroyable

Issu de l’ère indie-dance britannique, Friendly Fires s’est démarqué des autres groupes du genre grâce à un esprit inventif et un grand souci du détail. De concerts en tournées, l’énergie explosive du groupe sur scène a décuplé l’attention qu’on lui accordait déjà.

Après trois ans d’attente, la formation revient donc avec un nouveau disque intitulé Pala, d’après le nom d’une île dont il est question dans le roman Island de l’auteur anglais Aldous Huxley. La sortie du deuxième disque n’est prévue que pour le 24 mai, mais on peut tout de même en écouter un premier extrait sur Internet… Et on imagine déjà les déhanchements frénétiques d’Ed MacFarlane quand il sera sur scène. Pas besoin d’en dire davantage pour vous convaincre que la prestation du 28 mai risque d’être solide.

Ci-dessous Hawaiian Air, extrait du dernier album de Friendly Fires:

Crédits photo: prusakolep