Coup de coeur RG: Darkbloom de Grimes et D’Éon

Par  |  Aucun commentaire

Grimes D'Éon Darkroom

Alors que d’un point de vue rythmique, leurs deux styles prennent racine dans des univers très différents, ils partagent tout de même un fort goût pour la pop mélancolique, versant dans des schémas de synthés éthérés plutôt atmosphériques, hérités directement de la fin des années 80 et du milieu de la décennie 90. Conceptualisé conjointement, mais enregistré séparément, Darkbloom est bien de son temps avec ses accents post-chill-wave et dub.

D’Éon

D’Éon n’aurait pas pu mieux choisir son nom, puisque sa musique est le reflet d’un esprit divisé entre féminité et masculinité, tel celui du chevalier d’Éon de Beaumont, qui vécut du temps de Louis XV, un homme resté célèbre pour son habillement qui le faisait passer pour une femme. Pourtant, sur le disque Darkbloom, les quatre pistes signées par l’artiste ne sont jamais désarticulées, tout comme sur Palinopsia, son premier album complet sorti plus tôt cette année. Au contraire, les musiques sont toujours harmonieuses, entre douceur et acerbité, un climat qui semble caractériser ses inspirations.

Grimes

Après avoir sorti deux disques en 2010, Geidi Primes et Halfaxa, Claire Boucher, mieux connue sous le nom de Grimes, surprend encore. Sur Darkbloom, la jeune artiste réussit à créer un son unique et vaporeux, mené avec une sensibilité pour la musique populaire qui garantit à ses cinq morceaux toute l’attention qu’ils méritent. À noter qu’elle assure la première partie du concert de Lykke Li, le 19 mai, au Métropolis…