Chartier + 4: Une pop jazzée et intimiste à découvrir

Par  |  Aucun commentaire

Chartier +4Depuis bientôt cinq ans, Sylvain Chartier roule sa bosse sur les chemins parfois incertains de la chanson francophone. C’est ainsi que l’auteur-interprète a rencontré Merlin et Julie, collègues du baccalauréat en musique de l’UQAM, et retrouvé Nicolas, ami d’enfance, lui aussi diplômé en musique, mais de l’Université Laval. De séances de jam en petits concerts, dont le tout premier sur la scène miroitante d’un ancien bar de danseuses, Chartier + 4 a vu le jour.

D’un extrême à l’autre

Au début, Chartier + 4 incluait un membre de plus qui, s’il n’est plus présent aujourd’hui, a tout de même laissé au quatuor un meilleur héritage qu’un simple nom de groupe. En effet, le départ du guitariste a conduit le groupe à expérimenter en dehors d’un son rock, que l’on entend sur le premier album de la formation, Les cris infertiles. Il semble ainsi que le terreau jazz, où le groupe a désormais fait sa niche, convient mieux aux textes de Sylvain : « J’essaie de parler de trucs simples, par exemple de proximité entre deux corps. J’aime l’ambiance », confie tranquillement l’auteur.

Malgré cet évident penchant pour la douceur des dimanches de grisaille passés pieds nus sur le canapé, Sylvain explique qu’il ne fait quand même pas toujours dans la feutrine. « J’ai envie d’offrir les deux extrêmes. Faire du bien, mais agresser en même temps. J’aime travailler avec le côté minimal et intimiste, mais j’ai aussi besoin de quelque chose d’épique », précise le chanteur dont les inspirations varient de Jean-Pierre Ferland à Anthony. Il semble que ces épopées musicales prennent surtout forme en spectacle et Merlin ajoute qu’il n’est pas rare, lors des prestations, d’assister à des séances de jam improvisées.

« Une chanson, ça n’a pas de sexe »

Ouvertement homosexuel, Sylvain affirme que son orientation n’influence pas son écriture. « Si j’ai à écrire “je l’aime, lui”, je vais l’écrire, dit-il, mais je ne fais pas non plus de spécial pour m’exprimer au masculin. Au sein du groupe, ça n’a jamais été même un sujet de discussion », assure-t-il. Malgré l’approche ouverte de l’auteur-interprète, il est déjà arrivé qu’un spectateur affirme « ne pas pouvoir connecter avec les textes, sachant qu’ils avaient probablement été écrits pour un garçon ». Ce à quoi Sylvain répond : « Pour moi, une chanson, ça n’a pas de sexe » !

Chartier + 4

Aux lundis QuébecPop

Petit Medley

6206, rue Saint-Hubert

20 h / 8 $

www.chartier4.com