Robert Ménard en perdition

Par  |  Aucun commentaire

Robert MénardRobert Ménard s’insurge devant «la censure des médias bien pensants, de la petite élite médiatique.» «Oui, vive Le Pen! Comme une bravade, comme un gant jeté au visage de ce monde de la presse qui joue les matamores face au Front national», écrit-il dans ce texte.

 

Les frasques s’accumulent

Réputé pour être le croisé de la liberté de presse, Robert Ménard a cumulé les propos controversés depuis sa démission de RSF. L’an dernier sur les ondes d’I>tété, Ménard a déclaré: «Moi, j’ai envie que mes enfants aient une sexualité hétérosexuelle.» «Je ne suis pas homophobe, précise-t-il, j’ai simplement dit que je n’ai pas envie que mes enfants soient homosexuels.»

Robert Ménard s’est aussi rangé du côté de la peine de mort. Il s’en défend en expliquant qu’être «partisan de la peine de mort, ça ne fait pas de vous un monstre qui serait lui-même exclu de l’humanité bien pensante, convenable.»