Chronique diversité – Vivre avec un(e) transsexuel(le)

Par  |  Aucun commentaire

Vivre avec un Trans Patrick

Au premier abord, Patrick et Claudine ont l’air d’un couple sans histoire particulière. Elle, toute menue, le visage sympathique et l’air invitant. Lui, un homme comme les autres, qui aime sa femme plus fort que tout. Mais alors qu’ils entâment le récit de leur histoire commune, les certitudes s’envolent. Ne reste que l’honnêteté, l’authenticité et le courage de ces amoureux dont le parcours connaît pourtant son lot de coups durs et de souffrances.

De Manon à Patrick

Manon, que le couple désigne naturellement comme une tierce personne, est celle que Patrick a été pendant plus de 35 ans. Né dans le corps d’une femme magnifique, Patrick a mis tant d’années à dévoiler son identité d’homme hétérosexuel par crainte de concrétiser les appréhensions et les peurs de sa mère qui l’avait depuis toujours confiné à la loi du silence.

En octobre 1993, après des années de souffrances et d’incompréhensions, une amie conseille à Manon d’allumer la télé. À «Parler pour parler », Janette Bertrand traite de transsexualisme. Manon tombe sur les genoux, incapable de se ressaisir et pleure comme un enfant. « Jusqu’à ce que je voie cette émission, je croyais que j’étais seul au monde, que je venais d’une autre planète », raconte aujourd’hui Patrick.

Il y a eu ensuite les thérapies, rencontres de groupe, injections d’hormones, mastectomie et phalloplastie. Patrick se considérait alors en transition. « Jamais je ne me suis défini comme transsexuel. J’ai compris avec le temps que j’étais un homme différent et depuis la fin de mes opérations, je me considère comme un homme complet. Même si j’ai déjà eu un corps et un sexe de femme, je n’ai jamais pensé comme une femme ».

Rencontre avec un ange

Un soir, en novembre 1997, alors qu’il ne manque que des prothèses testiculaires et un implant à érection pour compléter la transition de Patrick, Claudine et lui font connaissance dans un bar de la rive-nord. Ils dansent ensemble et conviennent de se revoir… Le dimanche suivant, Patrick est conscient qu’il doit tout avouer s’il veut pouvoir vivre enfin une relation saine avec une femme.

Claudine est alors séparée depuis peu d’un homme avec qui elle a passé douze ans de sa vie. Elle, qui se considère totalement hétérosexuelle et qui a la réputation d’une femme discrète et tranquille, ne se doute pas du tout de la révélation qui l’attend. « Soit elle embarque, soit elle s’enfuit en courant tellement fort que ses talons vont lui cogner derrière la tête », pense alors Patrick qui fait donc le pari de la franchise.

Lorsque l’homme lui avoue son passé, Claudine est surprise mais ouverte d’esprit. Elle écoute son histoire. Ils finissent par se dire qu’ils se reverront et s’embrassent dans la voiture de Patrick. « Il y a trois ans seulement, je lui ai avoué qu’au moment de ce premier baisé, j’ai ressenti du dégoût en pensant qu’il avait été une femme, confie Claudine. Mais ça n’a duré qu’une seconde et ensuite, je me suis raisonnée, j’étais bel et bien devant un homme. C’était incroyable ! »

[DDET Lire la suite…]

Un passé difficile à accepter

Au début de la relation, Patrick était en pleine écriture de son autobiographie, Changer de sexe pour vivre enfin, finalement publiée en 2005. Claudine l’a tout de suite épaulé dans ce projet. Mais le passé de Patrick, alourdi par la dépendance à la drogue, à l’alcool, de multiples tentatives de suicides, l’inceste, les trop nombreuses conquêtes de femmes et l’incompréhension de sa famille, s’est avérée difficile à avaler pour Claudine.

Constamment entre la révolte, la tristesse et la colère, elle n’en pouvait plus. « J’étais tannée, c’était émotivement très prenant. Soit j’écrivais son histoire, soit je l’écoutais la raconter à d’autres. Tout tournait toujours autour de lui, je n’avais plus de place », raconte-t-elle. « Mais je suis finalement venue à bout de me créer une barrière. Pour moi, c’est le passé d’une autre personne. Je ne suis même pas curieuse de savoir qui était Manon tellement je sais que c’était une personne fausse, une façade, un personnage inventé pour faire plaisir aux autres ».

Claudine renchérit en affirmant qu’elle a de la difficulté à imaginer son homme en belle femme. En effet, grâce aux opérations, Patrick a « tout ce qu’il faut au bon endroit ». Même s’il a fallu de la patience et du temps pour que tout fonctionne, le couple peut vivre une sexualité tout ce qu’il y a de plus normal. L’implant à érection de Patrick lui permet, en activant simplement une petite pompe, d’élever ce membre viril dont il est aujourd’hui tellement fier. « Avec Claudine, j’ai enfin découvert ce que c’était d’être en amour et de faire l’amour véritablement. C’était la première fois que je pouvais m’abandonner, que je n’était pas dégoûté par un sexe qui ne m’appartenait pas ».

L’infini combat

Malgré ce bonheur, le couple doit tous les jours faire face aux préjugés. Soit ils attirent les commentaires désobligeants, soit ils suscitent une curiosité déplacée… Dans la famille de Claudine, il est d’ailleurs difficile pour Patrick de pouvoir être lui-même. « Mon caractère, mes manières, mon style, mon habillement, ma nature rêveuse et la façon dont je m’exprime, tout semble déranger. Mais j’ai tellement été opprimé dans ma vie que je n’accepte plus de m’écraser sous ce genre de commentaires ». Et heureusement pour le couple, Claudine comprend le sentiment de son conjoint.

Ces embûches n’empêchent pas Patrick de rêver. Il aimerait arriver à faire mieux connaître son livre et grâce à l’argent des ventes, ouvrir des centres d’hébergement pour les enfants comme lui. « Je rêve d’avoir une maison pour ces enfants, dans chaque pays, pour leur offrir l’aide et le support que je n’ai jamais eu », explique-t-il.

À défaut de pouvoir avoir des enfants avec sa conjointe, il assure tout de même qu’un jour ils en seront entourés. Mais avant tout, le couple aimerait bien pouvoir concrétiser ses vœux de fiançailles et enfin se marier, après 14 ans de vie commune !

Changer de sexe pour vivre enfin
Le long combat de Manon devenue Patrick
Publié en 2005, aux éditions Vivre Enfin Inc.
www.patrickverret.com

Crédits photo: document remis.
[/DDET]