Rimbaud vu par Edmund White

Par  |  Aucun commentaire

rimbaud edmund white

C’est l’histoire d’un génie insupportable, prétentieux, sale (il aime les poux dans ses cheveux) et manipulateur. Pour ceux qui ne connaissent guère la vie d’Arthur Rimbaud, la courte mais belle biographie écrite par Edmund White étonnera. En quelque 200 pages, ce dernier arrive à reconstituer l’essentiel de la vie du poète français, dont l’œuvre n’a été reconnue qu’après sa mort, lui qui a arrêté d’écrire à 21 ans, persuadé d’être un raté et qui mourra misérablement à l’approche de la quarantaine.

Relation inouïe

Adolescent, l’auteur a été marqué par la sensualité de l’œuvre rimbaldienne et s’est identifié à ce jeune rebelle anticlérical et révolutionnaire. Un Rimbaud qui pendant des années aura vécu une vie de bohême, souvent sans le sous, avant de finir marchant d’armes et boutiquier en Afrique.

Au centre de cette vie, on retrouve bien sûr la violente relation du jeune génie avec Verlaine, poète de dix ans son aîné, marié et père d’un enfant. De la rencontre tapageuse à la rupture après que Verlaine a tiré sur Rimbaud, en passant par la fuite des amants à Londres, on reste stupéfait par l’intensité de cette relation unique en son genre dont la légende ne semble pas avoir dépassé la réalité des faits.