Exposition à Montréal – la Chine dans toute sa splendeur

Par  |  Aucun commentaire

Armée de XI'AN Musée des Beaux-Arts

L’exposition commence par l’histoire de l’ascension de la dynastie Quin avec une série d’objets usuels d’une grande finesse à l’instar de la cloche de bronze « Bo » du Duc de Quin. Cette première partie, peu interactive et lourde d’explications, nous laisse un peu sur notre faim avant d’apercevoir avec fébrilité un géant de l’armée de terre cuite qui inaugure la deuxième partie de l’exposition qui évoque L’armée de Xi’an.

Dix sculptures plus grandes que nature (environ 2m de hauteur) se révèlent alors être le clou du « spectacle » : officiers de haut rang, fonctionnaire, chevaux, arbalétrier et même acrobate dévoilent leurs traits criant de réalisme. Chaque visage est unique. Pas étonnant que cela ait nécessité 700.000 ouvriers et plus de 30 ans d’ouvrage pour réaliser ce tombeau.

Un monde souterrain pour l’au-delà

Ce site funéraire grandiose a été entrepris par le premier empereur de Chine : Ying Zheng (259-210 av J-C). Le souverain unificateur a voulu recréer de toute pièce un monde souterrain, copie conforme de celui de son vivant, dans lequel il évoluerait librement lors de son passage dans l’au-delà.

Ce « monde » rassurant lui permettrait par ailleurs de combattre les esprits maléfiques de ses anciens ennemis vaincus. En plus d’admirer ces soldats censés le protéger, on peut aussi tomber en extase devant une magnifique oie en bronze, exhumée en 2005, qui faisait partie du jardin d’eau personnel du souverain et dans lequel il pouvait se reposer.

A l’inverse d’une deuxième partie d’exposition grandiose et « guerrière », la troisième  partie se veut résolument harmonieuse et représente  bien l’époque Han et la manière de gouverner de ses empereurs influencés par le taoisme. Les sculptures sont ici colorées, de taille modeste et aux traits détendus pleins de quiétude. Les animaux de la ferme sont aussi représentés, ce qui rompt clairement avec l’empereur Ying Zheng.

Le MBAM réussit son pari et nous fait découvrir la fantastique nécropole du premier empereur de Chine qui devait rester un secret aujourd’hui révélé. L’impressionnante collection de terres cuites nous fait un peu toucher le divin. On regrettera simplement le manque d’interactivité, la pléthore d’informations et une scénographie pas toujours évidente à suivre. L’exposition se poursuit jusqu’au 26 juin prochain et, petit conseil, allez-y le mercredi car c’est à moitié prix.

L’empereur guerrier de Chine et son armée de terre cuite
1380, Rue Sherbrooke Ouest
Station Peel ou Guy Concordia
Plus d’informations sur mbam.qc.ca

Crédits photo: Captain Chaos.