Les Faubourgs en deuil : décès de Michel Gendron

Par  |  Aucun commentaire

Michel Gendron

Né en septembre 1948 en Abitibi, Michel Gendron est arrivé à Montréal vers la fin des années 1960. C’est à cette époque qu’il s’est établi dans le quartier des Faubourgs. Il s’implique alors dans les premiers organismes communautaires, notamment Rue des Pignons.

Après avoir fait partie de l’équipe de la création du CLSC Centre-Sud au début des années 1970, il a ensuite travaillé au Comité Social Centre-Sud (CSCS). C’est lui qui a négocié la cession de l’ancienne école Salaberry avec la Commission des écoles catholiques de Montréal afin que le CSCS s’y installe.

En 1977, il est entré aux Habitations communautaires Centre-Sud où il a travaillé aux premières coopératives d’habitation du quartier. Le projet du « Musée du fier monde », dont il a été un des membres fondateurs, débute en 1980. Il est devenu, deux ans plus tard, le premier président du conseil d’administration de l’Écomusée du fier monde qui venait alors d’être incorporé.

Cérémonie commémorative le 20 mars

Codirecteur du musée de 1987 à 2003, il a contribué à l’implantation et à la gestion du chantier lors de la relocalisation de l’Écomusée au bain Généreux en 1995-96. Après en avoir assuré la codirection, Michel Gendron est resté associé au musée sur divers dossiers. Il a été coordonnateur, jusqu’à son décès, du comité de l’encan, qui souligne cette année son 10e anniversaire.

Parallèlement à son implication à l’Écomusée, il a œuvré au comité du Service aux collectivités de l’UQAM à quelques reprises, d’abord au début des années 1980, puis dans les années 1990. Vers le milieu des années 1980, il est aussi devenu coordonnateur au Groupe de ressources en tourisme social, tout en travaillant à la Société des Services Ozanam, où son implication s’est poursuivie jusqu’à sa mort. Enfin, il a dirigé les Voies culturelles des Faubourgs depuis leur création en 2001.

André Boulerice, ancien député et ministre, a fait part de sa grande émotion à l’annonce de ce décès. « Michel a été dans ce quartier qui nous est tous très cher, un visionnaire, un acteur majeur. Pour lui, il n’y avait pas de développement économique sans au préalable un développement culturel, a expliqué l’ancien élu. Il m’est difficile de contenir les larmes qui me viennent, mais je préfère me rappeler les larmes de joie que nous avons partagées, Michel et moi avec René Binette, quelques minutes avant l’ouverture officielle de l’Écomusée du fier monde. Nous contemplions la réalisation d’un rêve fou à l’idée de certains, mais qui aujourd’hui fait l’orgueil de notre quartier. Si Michel a besoin d’un monument à sa mémoire, ce musée est ce monument. »

Une cérémonie commémorative doit avoir lieu le dimanche 20 mars, de 17 à 19h, à l’Écomusée du fier monde. Pour plus de renseignements : Marie-Josée Lemaire-Caplette au (514) 528.8444 et communicationsecomusee@hotmail.com.

Crédits photo: Document remis.