Trois villes d’Espagne rendent hommage aux gais

Par  |  1 commentaire

Espagne hommage homos

À l’heure où le conservatisme a gagné la plupart des états en Occident, l’Espagne reste un des rares pays à montrer une progression dans la reconnaissance des droits de la communauté GLBT. Il y a eu bien sûr, la légalisation du mariage et de l’adoption en 2005. En 2011, c’est au tour de trois grandes villes espagnoles de se démarquer.
On connaissait depuis 2010 du projet barcelonais d’ériger un monument en l’honneur des gais. Restait à trouver le lieu. On parlait beaucoup de la place où se situe la magnifique Sagrada Familia. Le grand triangle rose en marbre prendra finalement place dans le parc Ciudadela, là où se trouve le Parlement catalan.
«C’est un monument nécessaire pour se souvenir de la discrimination, de la répression, de l’humiliation, de la persécution, des attaques et des assassinats dont la communauté GLBT a souffert pendant des siècles et tout spécialement sous la dictature de Franco», a déclaré Antonio Guirado.

Tomás Fábregas à l’honneur

Pour le secrétaire général du groupe de tutelle GLBT catalan Gay Lesbian Coordinator, «c’est un acte de justice et de réparation mais aussi quelque chose qui deviendra un symbole permanent de l’engagement de la ville de Barcelone dans la lutte contre l’homophobie».
À Gijón (dans les Asturies), la ville a décidé de créer un parc. Celui-ci s’appellera «28 juin, jour de la fierté gaie». Il se situera à côté du terrain de football de Montevil.
Enfin du côté de la Corogne (en Galice), c’est une rue qui va être renommée en l’honneur de Tomás Fábregas, activiste gai qui a émigré aux États-Unis à l’âge de 21 ans et très actif dans la lutte contre l’interdiction américaine d’accueillir des visiteurs et des immigrés séropositifs. Une mesure abolie seulement en 2009 par l’équipe de Barack Obama.
En 1992, lors de Conférence internationale sur le VIH/Sida à Amsterdam, Tomás Fábregas avait défié l’administration de George Bus (père) de bloquer sa réentrée aux Etats-Unis. Ce qui n’avait pas été le cas. Le militant est mort en 1994.
Crédits photo: Rofi.

1 Comment