Ouganda: les funérailles du militant gai perturbées

Par  |  Aucun commentaire

David Kato Funérailles

Les homophobes ougandais auront poursuivi David Kato jusque dans sa tombe. Les funérailles du militant homosexuel assassiné le 26 janvier en Ouganda, ont donné lieu vendredi à des échauffourées. En cause : le sermon d’un prêtre.
Ce dernier a en effet appelé les homosexuels à se «repentir». Pour lui, il faut condamner l’homosexualité car c’est «un mal qui sera puni par Dieu». Julian Pepe, président de l’association Minorités sexuelles en Ouganda (SMUG), a alors arraché le micro des mains de Thomas Musoke.

Un suspect aurait avoué

La police a dû intervenir pour séparer les militants gais et les villageois alors que le prêtre a été mis à l’écart, ne pouvait terminer son discours honteux. «Finalement, le cercueil de M. Kato a été déposé dans sa tombe par des membres de l’association Minorités sexuelles en Ouganda, à laquelle il appartenait. La dernière prière a été prononcée par l’évêque anglican Ssenyonjo, excommunié en 2006 pour ses prises de positions en faveur des homosexuels», indique l’Agence France Presse.
Quelque 200 personnes étaient présentes, alors que la mort de David Kato a créé une vive émotion dans la communauté gaie ougandaise et ailleurs dans le monde. Le 2 février, la police ougandaise a annoncé qu’un homme a avoué le meurtre du militant GLBT à cause «d’un désaccord personnel».