Selon des chercheurs, on peut être allergique à son propre sperme

Par  |  Aucun commentaire

docteursperme

Selon deux études relayées par le très sérieux magazine britannique Time, il est possible pour un homme d’être allergique à sa semence. Il en résulte, juste après l’éjaculation, des symptômes grippaux. Un homme peut être allergique à son propre sperme.
Ce syndrome, nommé maladie postorgasmique (POIS) a été déterminé en 2002, mais n’est pas encore bien connu des médecins. L’article du Time explique que des chercheurs néerlandais travaillent sur la reconnaissance de ce diagnostic et tentent de développer les moyens pour soigner ces malades. Parmi les symptômes répertoriés, on trouve la forte fièvre, le nez qui coule, des irritations oculaires, une fatigue sévère.

Quel traitement ?

Ils surviennent généralement tout de suite après éjaculation et peuvent s’étendre jusqu’à une semaine. Ces deux études publiées dans The Journal Of Sexual Medecine et effectuées sur un échantillon d’environ 45 Néerlandais tendent à prouver que ces effets indésirables sont provoqués par le sperme.
Les patients atteins de se syndrome sont généralement trop intimidés pour en parler. Dans le lot, 33 personnes testées ont bien voulu se soumettre ensuite à l’observation de la réaction de leur peau au contact de la substance séminale. Les résultats révèlent à 88% une allergie. La deuxième étude concerne plus spécifiquement le traitement possible. La solution serait de désensibiliser les patients en les exposant progressivement aux éléments déclencheurs de la réaction allergique, c’est-à-dire à leur propre sperme.