La justice accorde 12.000$ à Roger Thibault et Theo Wouters

Par  |  Aucun commentaire

wouters

L’affaire fait depuis longtemps la une. Roger Thibault et Theo Wouters, deux gais dans la soixantaine, connus pour avoir été le premier couple gai à s’unir civilement en vertu des dispositions alors nouvelles de la loi québécoise, ont été victimes à plusieurs reprises d’actes de harcèlement haineux et de vandalisme sur leur résidence durant plusieurs années. La justice vient une nouvelle fois de les dédommager.
Dans une plainte déposée en 2005 avec l’aide du Centre de recherche-Action sur les relations raciales (Craar), le couple alléguait que  Gordon Lusk, un voisin demeurant dans la même rue, était venu devant leur porte en avril 2004 pour les inviter à se battre, leur proférer des menaces de mort et les traiter de « f-g faggots » («maudites tapettes»).  Gordon Lusk devra payer son amende (6 000 $ pour dommages moraux et 6 000 $ pour dommages punitifs) dans un délai de 30 jours.

Déjà une victoire en 2008

Au cours d’une conférence de presse, le 13 janvier, le couple s’est bien sûr dit heureux de cette décision. Que vont-ils faire avec cet argent? «Nous allons réaménager notre jardin. Nous avons un jardin très spécial. On va y planter du houx, qui est la nourriture favorite des merles». Les deux hommes sont particulièrement heureux de «pouvoir jardiner en face de la maison sans être harcelés. C’était un plaisir dont on a été privés pendant de nombreuses années».
Quand on lui demande si cette longue bataille en valait la peine, Theo Wouters répond immédiatement «oui, parce que du coup la paix est en train de revenir petit à petit dans le voisinage». Son compagnon partage son avis: «Nous pensons que les gens devraient persévérer dans leur lutte pour décourager ce type de violence. «C’est notre dignité qui est en jeu», conclue Theo Wouters.
Ce n’était pas la première fois que le couple se retrouvait devant la justice. Une autre plainte en 2003 s’était déjà soldée par une victoire. Les deux hommes avaient entamé des poursuites après qu’un jeune et ses amis eurent régulièrement vandalisé leur propriété et tenu des propos homophobes à leur égard. Roger Thibault et Theo Wouters avaient obtenu gain de cause en 2008, alors qu’une somme de 15.000 $ leur avait été accordée par le Tribunal des droits de la personne à titre de dommages moraux et punitifs. Il s’agissait alors de l’une des décisions les plus importantes contre la violence homophobe au Québec.
Pour plus d’informations sur CRARR et savoir comment agir concernant le harcèlement et le dépôt de plaintes pour des crimes homophobes auprès de la Commission des droits de la personne, rendez-vous sur www.crarr.org.