Le journal ougandais homophobe Rolling Stone condamné

Par  |  1 commentaire

rollingstoneouganda

C’est une victoire ô combien importante pour les LGBT ougandais. Elle rassure également, démontrant que certaines institutions du pays n’ont pas été gagnées par l’homophobie rampante que l’on y constate actuellement.
La justice a condamné, le 3 janvier, le journal Rolling Stone à verser un montant de 1,5 million de shillings ougandais par personne (500 euros) à trois plaignants, tous membres de l’association Minorités sexuelles en Ouganda (SMUG). Le journal devra aussi payer les frais de justice dépensés par le SMUG.
Les trois personnes indemnisées s’étaient retrouvées, en octobre 2010, dans le journal homophobe, avec leur photo et leur nom. Présentées comme homosexuelles, le Rolling Stone appelait à les pendre du fait de leur orientation sexuelle présumée.

Les plaignants satisfaits

Pour le juge, il s’agissait là d’une «atteinte à la vie privée». Le magistrat estime également que la vie des trois plaignants a, depuis, été menacée. En novembre 2010, un premier verdict interdisait à  Rolling Stone de publier ce genre d’articles, à titre temporaire. La sentence prend désormais un caractère définitif et s’applique à toute la presse ougandaise.
L’avocat des victimes estime que les «compensations sont plutôt faibles, mais les principes affirmés ici sont très importants». «Je suis très heureuse de ce jugement», a déclaré de son côté une des plaignantes à l’Agence France Presse.
L’Ouganda reste aujourd’hui l’un des pays les plus homophobes au monde. Être gai ou lesbienne peut conduire à être condamné à la prison à vie. En 2009, un parlementaire, poussé par des religieux fanatique, a même présenté un projet de loi réclamant la peine de mort pour certains cas d’homosexualité.