Affaire Johnny Weir: le CCNR ne blâme pas Claude Mailhot et Alain Goldberg !

Par  |  Aucun commentaire

weir

«Les commentaires n’étaient pas particulièrement négatifs et certainement pas fondés sur l’orientation sexuelle de manière suffisamment abusive pour contrevenir aux dispositions sur les droits de la personne du Code de déontologie et du Code sur la représentation équitable de l’Association canadienne des radiodiffuseurs.» Voilà la justification du Conseil canadien des normes de la radiotélévision pour ne pas blâmer les animateurs Alain Goldberg et Claude Mailhot.
Au cours de l’émission Le réveil olympique, sur RDS et V, le 17 février 2010, après le passage du patineur américain, lors de la compétition olympique à Vancouver, Claude Mailhot avait affirmé que «Johnny Weir […] crée une situation. Est-ce que tu crois qu’il a perdu des points à cause de son costume et de sa gestuelle ? »

Ils auraient pu être «plus prudents et élégants»

Réponse d’Alain Goldberg : « On n’a pas tort de le décrier. Il a du rouge à lèvres, il s’habille de façon féminine, il essaie d’être le plus féminin possible sur la glace. On devrait lui faire passer un test de féminité ou de masculinité. »
Et Claude Mailhot d’ajouter : «Moi, j’aimerais ça, qu’il passe ce test-là.»
Le CCNR a reçu 119 plaintes de personnes scandalisées. Ces dernières dénonçaient notamment le caractère «discriminatoire» des propos des animateurs. L’organisme a préféré se contenter de souligner que les deux hommes auraient pu «utiliser des moyens plus prudents et élégants pour discuter du sujet.»

[DDET Lire la suite…]

Stéphane Dupont est lui blâmé

Cette décision a provoqué de forts mécontentements chez les gais québécois. « Cela fournit encore la preuve qu’il y a une banalisation de l’homophobie dans notre société. Je trouve que ça envoie un très mauvais message aux jeunes », a affirmé l’animateur Jasmin Roy au Journal de Montréal.
De son côté Laurent McCutcheon, président de Gai Écoute, réaffirme, dans Canoë, que les propose de Claude Mailhot et Alain Goldberg «n’étaient pas corrects, ni acceptables. Ils ont eux-mêmes admis leur erreur. Ce n’était pas le crime du siècle, certes, mais une maladresse qui confirmait, encore, que les préjugés envers les homosexuels sont encore très présents. Un petit blâme de la part des autorités du Conseil des normes de la radiotélévision aurait fait du bien».
À noter que si Claude Mailhot et Alain Goldberg ont été «blanchis», l’animateur de Dupont le midi, sur CHOI-FM, à Québec, Stéphane Dupont, a été, lui, blâmé pour ses propos tenus envers Johnny Weir. Il avait utilisé les mots « fif » et « tapette», évoquant Johnny Weir comme un « fif » dans «un sport de fifs». CHOI-FM devra annoncer ce blâme une fois pendant les heures de grande écoute dans un délai de trois jours.

[/DDET]