Barebacking : Steve Biron reste en prison

Par  |  Aucun commentaire

palaisjusticeqc

Plusieurs fois reportée pour laisser au temps aux enquêteurs de poursuivre leurs recherches – notamment pour recevoir le témoignage de nouvelles victimes présumées – la question de la remise en liberté de Steve Biron a été examinée le 23 décembre au palais de justice de Québec (photo). Pour la juge Chantal Pelletier, l’accusé doit rester en prison.
En effet, selon la magistrate, celui qui doit faire face à fait face à 11 accusations de voies de fait graves et autant de chefs d’agression sexuelle grave, n’a apporté aucun élément assurant qu’il ne pourrait plus être un danger pour d’autres personnes.

De nouveau devant la cour le 31 janvier

Steve Biron, séropositif depuis trois ans, est soupçonné d’avoir eu des relations sexuelles non protégées avec des hommes auxquels il aurait fait croire qu’il n’était porteur d’aucune maladie. Il aurait continué ce stratagème même lorsqu’il se savait «surveillé» par la police.
La famille de l’accusé s’est présentée devant la juge afin d’apporter des garanties permettant la remise en liberté de Steve Biron. Ses parents ont notamment assuré pouvoir le surveiller 24h sur 24 chez eux. Des propositions insuffisantes pour Chantal Pelletier. Cette dernière estime que Steve Biron serait prêt à mentir à ses proches afin d’assouvir ses désirs sexuels non protégés.
L’affaire reviendra devant la cour de Québec le 31 janvier. D’autres plaintes pourraient, d’ici là, être déposées.
Crédits photo : Société immobilière Québec.