Alberta : l’homosexualité n’est (enfin) plus une maladie mentale

Par  |  Aucun commentaire

alberta

C’est une mesure qui réjouit bien sûr les LGBT mais qui apparaît dans le même temps déplorable tant on se demande comment, en 2010, l’Alberta pouvait encore officiellement décrire les gais et lesbiennes comme des malades mentaux. L’homosexualité était ainsi mise sur le même plan que la pédophilie ou la bestialité.
Le gouvernement de la province canadienne a en tout cas enfin décidé d’apporter des changements au guide médical. C’est de ce dernier dont se servent les équipes spécialisées pour encadrer les soins offerts aux patients. Cependant, le cas des transsexuels et des travestis n’a pas été abordé dans les changements intervenus le 22 décembre. Ces personnes restent donc apparemment encore considérés comme des malades mentaux.

Pourquoi un changement si tardif ?

Il y a quelques jours, le ministre de la Santé, Gene Zwozdesky avait jugé la classification de l’homosexualité en tant que maladie mentale comme «incorrecte et inqualifiable». Une sortie heureusement suivie d’effets.
Le gouvernement conservateur de l’Alberta avait déjà promis la fin de cette aberration… en 1998 ! Selon Radio Canada, «les représentants du gouvernement albertain ne peuvent expliquer pourquoi des changements n’ont pas été apportés plus tôt au document».
Même la très critiquée Association américaine de psychiatrie (APA) a cessé de considérer l’homosexualité comme une maladie en 1973.
Crédits photo: Winter E229