Le Sénat américain abroge (enfin) le «Don’t Ask, Don’t tell»

Par  |  Aucun commentaire

dontask

Les gais et lesbiennes américains savoureront d’autant plus ce résultat qu’il a été (très) long à obtenir. Après des mois et des mois de tergiversations, de luttes, de rebondissements (la justice s’en est même mêlée), le Sénat a finalement voté l’abrogation du Don’t Ask, Don’t Tell. Le texte a été approuvé par 65 voix contre 31.
Huit sénateurs républicains ont voté en faveur de l’abrogation alors que le parti conservateur est majoritairement contre. Auparavant, le Sénat avait par deux fois (en septembre et au début du mois de décembre) refusé d’ouvrir le vote.  Ces dernières semaines, le secrétaire d’État à la Défense avait même fait part de son pessimisme quant à l’éventualité de voir cette loi, instaurée en 1993 par l’administration Clinton, abolie.

«Une avancée historique» pour Barack Obama

D’ici quelques mois, les soldats homosexuels ne seront donc plus obligés de cacher leur orientation sexuelle. Selon certaines études, le Don’t Ask, Don’t Tell est à l’origine d’environ 14.000 renvois de l’armée américaine.
Le texte entérinant l’abrogation doit être désormais signé par Barack Obama, pour qui il s’agit aussi d’une victoire personnelle. Le président américain, qui s’est engagé depuis longtemps contre la loi, a d’ailleurs fait part de sa satisfaction. «Aujourd’hui le Sénat a réalisé une avancée historique vers la fin d’une politique qui mine notre sécurité nationale et viole les idéaux que défendent nos hommes et femmes en uniforme et pour lesquels ils risquent leur vie», a déclaré Barack Obama.