Danse macabre avec Black Swan et Darren Aronofsky

Par  |  Aucun commentaire

blackswan

Nina (Natalie Portman) est une danseuse maladivement perfectionniste. Elle réussit à décrocher le rôle principal et double du prestigieux Lac des cygnes, dirigé par Thomas Leroy (Vincent Cassel), remplaçant du même coup la danseuse vedette de la compagnie, forcée de prendre sa retraite.
Si Nina excelle dans le rôle du cygne blanc, elle est incapable d’atteindre l’abandon et la sensualité qu’exige le cygne noir. Cette obsession de la réussite l’amène au bord de la folie, se croyant persécutée par la sensuelle Lily (Mila Kunis) qui a été nommée pour être sa doublure.

Final éblouissant

Black Swan propose de suivre la réalité de Nina sans jamais nous offrir la contrepartie d’une perception extérieure. Cet élément est une des forces majeures du film. Le spectateur cherche constamment à départager le réel de l’imaginaire. Le récit est captivant et la lente chute vers la folie qui mène vers un final éblouissant est d’une aliénante efficience.
La facture visuelle est impeccable et le réalisateur réussit son pari de capter les images caméra à l’épaule. On pourrait considérer ce procédé inapproprié pour aborder la dansé. Au contraire : il renforce la beauté brute des images.

[DDET Lire la suite…]

Natalie Portman offre ici une des plus grandes performances de sa carrière avec un personnage timide, gracieux et troublé. La mère de Nina, ex-danseuse obsédée par la réussite de sa fille, est magnifiquement interprétée par Barbara Hershey. Même chose du côté de Vincent Cassel qui incarne avec aplomb et suavité le chorégraphe, inspiré de Balanchine (le co-fondateur et directeur du New York City Ballet).

Procédés de films d’horreur commerciaux

Il manque toutefois au thriller de Darren Aronofsky de la sobriété. L’utilisation abusive de procédés de films d’horreur commerciaux et celle exacerbée de musique ou d’ambiance sonore angoissante amenuisent son effet. Ces codes cinématographiques sont tellement convenus qu’ils permettent de prédire la tournure de quelques scènes. On aurait souhaité que le réalisateur utilise un peu plus la puissance du silence.
À trop vouloir en faire, Darren Aronofsky ne gâche pas son film mais l’empêche d’atteindre un niveau supérieur. Black Swan mérite tout de même d’être vu et reste un long métrage captivant. Ajoutons que le film, son réalisateur, Natalie Portman (meilleur premier rôle féminin dans un film dramatique) et Mila Kunis (meilleur second rôle féminin dans un film dramatique) sont nominés pour les prochains Golden Globes.
Ci-dessous la bande-annonce de Black Swan:


[/DDET]