Zanipolo, l’hydre à deux têtes vénitienne

Par  |  Aucun commentaire

zanipolo

Bienvenue dans l’univers magnifique de la Serenissima! Au soir de sa vie, le peintre Francesco Guardi se souvient de l’un de ces épisodes uniques qui font l’histoire de la cité italienne. Toujours prompts à s’enflammer pour le moindre événement, les Vénitiens s’enthousiasment comme jamais lorsqu’arrivent deux chanteurs d’opéra, qui ensorcèlent leur public par leurs voix magiques.
Mais les deux frères ont une particularité. Gianni et Paolo partagent le même corps, d’où leur surnom, Zanipolo.

Histoire presque bâclée

Pendant plusieurs mois de l’année 1761, le baryton et le ténor font les beaux jours et soirées de Venise. Paolo et Gianni sont très différents l’un de l’autre : le premier multiplie les conquêtes masculines, le deuxième reste vierge, jusqu’au jour où il croise la route d’une jeune soprano, Maddalena, qui réside à l’Ospedale degli Incurabili (l’Hospice des incurables, l’un des hospices et conservatoires musicaux de la ville).
De leur amour va aussi découler la déchéance des deux chanteurs d’opéra qui provoquent la jalousie de l’Inquisiteur rouge. À l’instar de ce qu’il s’était passé à leur arrivée, leur condamnation à mort déclenchera un vent de folie chez les habitants de Venise.
La force du livre de Marc Ory se trouve assurément dans son portrait quelque peu impressionniste de la cité italienne où l’on peut ressentir toute son exubérance. Et ce même si certaines descriptions pourront sembler longues aux lecteurs. On est en tout cas moins convaincus par l’histoire, presque bâclée, dans ce petit livre de 130 pages.
Zanipolo
Marc Ory
130 pages
Triptyque
18$